La Chronique de Jérôme Boumengel mai 2022
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
NASDAQ 100 : le risque d'un retour de l'indice sur 10 000 points n'est pas à exclure
La Chronique de Jérôme Boumengel mai 2022
Le Nasdaq 100 vient de retracer 50% du bull market qui a débuté en mars 2020. Si l'on peut s'attendre sur ce niveau à un rebond à court terme, les perspectives à moyen/long terme sont toujours négatives et le risque d'un retour de l'indice sur le seuil psychologique des 10 000 points demeure élevé.
 Le sentiment économique : le mot stagflation est sur toutes les lèvres.
 
Pour le reste de l'année, les économistes prévoient une croissance plus lente, avec une inflation toujours élevée. Or lorsque l'inflation est en grande partie attribuable à une forte demande, les ventes et les bénéfices des sociétés sont habituellement en bonne santé, et les cours de Bourses augmentent. Mais voilà, quand l'inflation est davantage attribuable à la hausse des prix de l'énergie, des salaires et des autres intrants, comme c'est le cas actuellement, les bénéfices sont alors sous pression, sauf bien entendu si les entreprises parviennent à accroître leur productivité ou à répercuter la hausse des coûts aux consommateurs (Cf. théorie du pricing power). Sur ce dernier point, les entreprises bénéficiant de ce pricing power ne pourront toutefois transférer les hausses de coûts de manière durable que si le revenu disponible suit l'inflation, ce qui n'est pas le cas actuellement. Concernant les gain de productivité, les derniers chiffres publiés montrent qu'il ne faut pas s'attendre à un soutien de ce côté-ci. En effet, la productivité non agricole a reculé de 7,5% au premier trimestre alors qu'elle était attendue à -2,8% après +6,3% au trimestre précédent.
 
Le graphique ci-après représente l'évolution de l'ISM manufacturier. Son évolution est cyclique et sa configuration actuelle indique clairement qu'il est entré dans la phase de ralentissement du cycle. Un retour sur le niveau de 50, voire au-dessous, semble inéluctable.
 
chart1 ism manufacturing
 

Le sentiment financier : la croissance des bénéfices prévisionnels est en chute libre…
 
Depuis son point haut de juillet 2021, à 51%, le taux de croissance des prévisions de bénéfices est entré dans une nette phase de ralentissement qui s'est soldée par un retour sur sa moyenne historique (+17,7%). Compte tenu des perspectives de l'économie américaine, la poursuite de la baisse du taux de croissance n'est pas à exclure (Cf. graphique ci-après). Dans tous les cas, tant que le taux de croissance ne s'est pas retourné à la hausse, en remontant au-dessus de ses moyennes mobiles, nous considérerons que la configuration reste défavorable. 
 
chart2 croissance bénéfices
 
 
Seul point positif, la valorisation des actions du Nasdaq a fortement baissé. Mesuré à l'aune du PER prospectif, la valorisation est retombée à proximité du niveau de la crise de 2020 (Cf. graphique ci-après). Mais attention, compte tenu de la hausse des taux d'intérêt et de la baisse du rythme de croissance des bénéfices prévisionnels, le ratio peut tomber encore plus bas. Toutes choses égales par ailleurs, un retour du PER à 15 alors qu'il s'affiche actuellement à 18,4 se traduirait par une baisse de 18% du Nasdaq, ce qui correspond à peu près au seuil psychologique des 10 000 points.
 
chart3 per
 
Le sentiment de marché : le Nasdaq n'est pas encore survendu
 
Concernant le sentiment de marché, on notera que la prime de risque est entrée dans une phase de hausse depuis le début de l'année, ce qui témoigne d'un retour de l'aversion au risque depuis cette date. Compte tenu de l'environnement économique et géopolitique toujours incertain, l'aversion au risque devrait se poursuivre jusqu'à ce que la prime atteigne un niveau qui nous inciterait à devenir contrarien, ce qui est encore loin d'être le cas.
Du côté des volumes, la pression vendeuse a maintenant pris l'ascendant sur la pression acheteuse, ce qui veut dire qu'il y a maintenant davantage de titres du Nasdaq 100 qui s'échangent avec des volumes baissiers (Cf. graphique ci-après).  Dans la mesure où Il y a encore de la marge avant que le marché ne devienne survendu, la correction baissière devrait se poursuivre.
 
 chart4 volumes
 
 
 

Jérôme Boumengel

Directeur de l'analyse et de la prévision chez TrendFi

www.trendfi.fr

 

© Copyright TrendFi 2022 - Pour toute reproduction ou toute citation, la source devra être mentionnée.

 

 

Achevé de rédiger le 15/05/2022 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACPR ACTIONS AMF ANALYSE ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités BANQUE DE FRANCE CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA ETF EUROPE FCP FFCI FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE Grands Prix HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Innovation Magazine Ministre des Finances NEXT20 NON COTE OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Presse* Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels actionnaires individuels* analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite reunions sociétés cotées we économie