Les prévisions des professionnels Juin 2021
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Les prévisions des professionnels Juin 2021
 
On fait le point sur les IPO : Véritable engouement pour la place parisienne
Euroland Corporate - Le zapping des smalls  Juin 2021
 

Sur seulement deux mois, mai et juin, la Bourse de Paris a accueilli 6 nouvelles sociétés, 4 IPO sur Euronext Growth et 2 sur Euronext Paris. Parmi elles, le leader de la Data Intelligence au service de la transition écologique nam.R qui a levé 8 M€, la plateforme digitale de marketing relationnel responsable Obiz (7,9 M€) et le pionner de la Vape Kumulus Vape (3,5 M€). Également la medtech Affluent Medical (25 M€), la biotech TheraVet (7,2 M€) et le spécialiste de l'accompagnement numérique d'artistes et labels Believe (300 M€).

 

Cette dernière a beaucoup fait parler d'elle ces dernières semaines, notamment après avoir revu à la baisse ses ambitions passant d'un objectif de levée de 500 M€ à 300 M€ mais aussi au vu de sa valorisation très élevée. Bien que décrochant le statut de nouvelle licorne française avec une valorisation de 1,9 Mds€, l'introduction de la société fut mouvementée avec une baisse de -17,7% de son cours le premier jour de cotation, clôturant ainsi à 16,05€. Depuis, le cours est remonté et se stabilise autour de 17,54€ (vs un cours d'intro de 19,50 €).

 

D'autres ont vu leur cours augmenter sensiblement dès le premier jour des négociations. Kumulus Vape a ainsi bondi de +11,58%, passant de 9,50€ à 10,60€, tandis que nam.R enregistrait une hausse de +13,9% le jour de son introduction (prix de 10,20€ lors de l'IPO). Des introductions suscitant toujours l'intérêt des particuliers avec une offre sursouscrite 2,96 fois pour Kumulus Vape, dont 4,55 M€ demandés par les investisseurs individuels soit plus de la moitié de l'enveloppe disponible, et 2,4 fois pour nam.R dont une demande des particuliers de 9,7 M€ soit un taux de sursouscription de 12,1 fois pour cette catégorie d'investisseurs. L'intérêt fort des particuliers pour la Bourse est toujours présent et contribue grandement au succès des IPO actuelles.

 

A contrario, certaines d'entre elles se sont vues reportées pour diverses raisons. Tout d'abord, le fournisseur d'électricité verte, ekWateur, qui souhaitait lever entre 32 et 44 M€ en raison de conditions de marché qui n'étaient « pas favorables » malgré « l'intérêt manifesté » par les investisseurs. La société valorisée entre 90,3 et 122 M€ pré-IPO prévoyait de passer le cap symbolique des 400 M€ de CA et du million de comptes à horizon 2025, en effectuant des acquisitions, des investissements dans les produits et services ainsi que des recrutements et une refonte des services informatiques. Dans la même semaine, le distributeur de pièces détachées PHE renonce à s'introduire en bourse (pour la 2ème fois après l'échec de 2018) pour des raisons similaires. La société, aux résultats financiers fragiles, comptait lever 450 M€ afin de rembourser sa dette et financer son expansion pour une valorisation post-IPO d'environ 1,1 Mds €.

 

La dynamique de l'année semble néanmoins être respectée à travers les différents projets d'IPO à venir dans des secteurs d'activité hétéroclites. Parmi eux, l'exploitant de centrales à hydrogène HDF Energy , pionnier de l'hydrogène-électricité, est en bonne voie pour réussir une levée de 100 M€ destinée à accélérer le développement de ses centrales pour se positionner en tant que leader sur son marché (capitalisation boursière post IPO comprise entre 342 et 463 M€). De même, le Groupe Omer-Decugis spécialiste depuis 1850 des fruits et légumes exotiques a annoncé hier soir le succès de son IPO (sursouscription de 2,2 fois) et compte réaliser 230 M€ de CA et une marge d'EBITDA à 5% à horizon 2025. A noter que ces deux opérations ont été annoncées avec des engagements de souscriptions importants : une opération couverte à 80% pour HDF Energy grâce à son partenaire historique Rubis (à hauteur de 50 M€) et à de nouveaux investisseurs, et à 70% pour Omer-Decugis. Des signaux rassurants pour le marché.

 

Si cette saison des IPO bat son plein, elle ne devrait pas se terminer maintenant puisque de nouveaux dossiers sont actuellement en cours avec des groupes emblématiques comme le distributeur de chaussures et articles de mode Spartoo, le spécialiste de la livraison Colis Privé ou encore le distributeur automobile Aramis Auto devraient conclure leur IPO prochainement. Enfin, le géant français du cloud OVH prépare aussi son IPO, pour l'automne cette fois-ci. La société devrait peser après l'opération plusieurs milliards d'euros, la saison des IPO est loin d'être finie.

 
 
 
Pour en savoir plus, cliquez ici
 

Tourisme en Europe : analyse d'un secteur en pleine évolution
Cafedelabourse - 19/05/2021
 
Où en est actuellement le marché du tourisme en Europe, fortement pénalisé par l'épidémie de COVID 19, et notamment les voyages internationaux.
Comment le marché du tourisme se prépare-t-il à la reprise de l'activité ?
Quelles nouvelles expériences de voyage sont en train d'émerger ?
Retrouvez dans cet article notre analyse du secteur du tourisme européen et ses évolutions. Découvrez aussi notre focus sur deux sociétés emblématiques du secteur du tourisme : Booking et Voyageurs du Monde.
 
TOURISME EN EUROPE : ÉVOLUTIONS ET DIVERSIFICATION D'UN MARCHÉ FLORISSANT BRUTALEMENT STOPPÉ PAR LE COVID
 
Le coup d'arrêt brutal de l'épidémie de COVID-19 sur le marché florissant du tourisme mondial
Avant la propagation de l'épidémie de Covid-19, les voyages représentaient 4,4 % du PIB et 6,9% de l'emploi dans le club des pays riches de l'OCDE. Les voyages internationaux représentaient 6,5 % des exportations mondiales en 2019, selon l'Organisation mondiale du commerce. Au total, l'industrie du voyage et le tourisme représentaient plus de 330 millions d'emplois, soit un sur dix du total mondial, selon le World Travel and Tourism Council (WTTC).
 
Le Covid-19 a dévasté une industrie florissante qui repose sur la liberté de mouvement des personnes. Les voyages internationaux se sont arrêtés brusquement à compter de mars 2020, et énormément de pays ont joué avec leur frontière pour restreindre les accès au territoire. Interdits ou incapables de se déplacer, les voyageurs n'ont finalement pas bougé : les arrivées internationales ont chuté de 70 à 75 % en 2020 selon World Tourism Organization, avec 1 milliard de voyageurs en moins et 1,1 milliard de dollars de dépenses en moins sur l'année. C'est dix fois le déficit des dépenses de voyage en 2009 après la crise financière.
 
L'OCDE prévoit que le tourisme sera parmi les derniers secteurs de l'économie à récupérer la demande perdue. 
 
Pour lire la suite, cliquez ici
 

ACTIONS THÉMATIQUES - LES MEDTECHS, QUEL AVENIR POST-COVID ?
CPR AM, Points d'esxperts 08/06/2021


CPR AM est présent depuis 2009 sur le thème de la santé, tout d'abord sous le prisme du vieillissement de la population avec la stratégie Silver Age, et depuis 2018 avec la thématique des technologies médicales. Disruptives au sens où elles amènent et promeuvent de nouvelles solutions répondant à de nouveaux besoins, les technologies médicales ou MedTech auront un impact de long terme sur nos vies et notre société, pour qui le bien-être, la qualité de vie et la réduction des coûts deviennent essentiels. Nous gérons aujourd'hui plus de 700 millions d'euros d'encours sur la stratégie dite MedTech et le fonds CPR Invest – Medtech I-Acc a dégagé une performance nette de 22,6 % sur 1 an glissant.

 

Entretien avec Thomas Chavet.

 

 

POUVEZ-VOUS NOUS PRÉSENTER CPR INVEST – MEDTECH ?

Avec CPR Invest - Medtech, nous offrons à nos clients un accès à l'ensemble de l'écosystème technique et technologique du secteur médical au niveau mondial, quelle que soit l'étape de soins : prévention, dépistage, intervention, traitement et suivi médical.

 

L'univers des technologies médicales est marqué par des innovations permanentes en lien avec les nouvelles technologies et les nouveaux usages tels que l'aide au diagnostic avec l'intelligence artificielle, la robotique chirurgicale, la télémédecine, ou encore les outils de suivi médical connectés à usage domestique. Ces nouvelles technologies sont essentielles pour améliorer la santé de chacun, voire pour sauver, prolonger des vies, ou plus généralement pour réinventer les systèmes de santé tout en réduisant le montant global de leurs dépenses. Ces baisses de coûts sont autant dans l'intérêt des entités publiques que des patients.

 

Le processus d'investissement de MedTech repose sur l'identification des entreprises de technologies médicales les plus prometteuses via une approche mixte top-down et bottom-up au sein d'un univers préalablement filtré des mauvaises pratiques ESG et des controverses moyennes ou élevées. Les entreprises sont analysées de manière fondamentale et nous évaluons les perspectives à moyen et long termes ainsi que la contribution des facteurs au risque actif.

 

L'objectif de cette approche est de suivre les tendances du secteur en assurant le meilleur positionnement du fonds selon les différentes phases de marché. En ef fet, les sous-secteurs de la MedTech sont homogènes dans leurs objectifs d'innovation, mais très hétérogènes dans leurs approches. Notre construction de portefeuille nous permet de profiter de la diversification de l'univers, et de créer de la performance grâce à un timing maitrisé. Une partie de la performance provient de la capacité du gérant à déterminer le sous-secteur au potentiel le plus intéressant au vu des conditions de marché.

 

 

LE SECTEUR DE LA SANTÉ A ÉTÉ REMIS SUR LE DEVANT DE LA SCÈNE AVEC LA COVID-19, PENSEZVOUS QU'IL EST TOUJOURS PERTINENT DE S'Y INTÉRESSER ?

La Covid-19 est un moteur conjoncturel voué à devenir structurel en raison de tendances de long terme déjà bien présentes. L'industrie des technologies médicales a été un acteur clé de la crise sanitaire. Les sociétés ont cherché à améliorer la manière dont leurs appareils sont utilisés. Leurs dirigeants affirment qu'ils vont continuer à intégrer de nouvelles fonctionnalités en accélérant et en étendant les capacités technologiques qui deviendront alors des offres permanentes. Le CEO de la société Abbott Laboratories, estime d'ailleurs que « les MedTech peuvent vraiment réduire le temps de réponse, diminuer les problèmes logistiques, les défis liés au rendez-vous physique et finalement conduire à une réduction des coûts de santé ». Même son de cloche auprès du CEO de Boston Scientific, qui indique quant à lui que « la société a tiré parti de la crise pour accélérer ses investissements et ses capacités numériques dans des domaines tels que les essais cliniques, l'engagement des clients, les solutions mobiles, l'éducation médicale et l'assistance à distance.»

 

En outre, le contexte démographique – croissance et vieillissement de la population - est favorable à l'essor de la technologie dans le domaine médical. Nous devrions être plus de 10 milliards en 2050 d'après les dernières estimations de l'ONU. Dans le même temps, l'espérance de vie a presque doublé en un siècle, passant de 34 ans à 72 ans aujourd'hui. De nouvelles pathologies apparaissent et l'accompagnement s'inscrit dans la durée, notamment avec les maladies chroniques. L'urbanisation est par ailleurs en cause. Un style de vie plus sédentaire, de mauvaises habitudes alimentaires et la pollution favorisent la hausse de ces pathologies. D'après l'OMS, les maladies chroniques représentent 63 % des décès mondiaux et touchent un tiers de la population française, avec une augmentation des cas de près de 17 % dans les 10 prochaines années. A cela s'ajoute le boom de la classe moyenne dans les pays émergents qui aspire à un meilleur accès aux soins. De manière plus générale, le secteur des technologies médicales est axé sur la recherche et le développement. En y consacrant 8 % de son chiffre d'affaires, soit plus de trois fois la moyenne mondiale du MSCI World, le secteur des technologies médicales crée les conditions idéales pour une rentabilité et une croissance fortes.

 

Par ailleurs, les fusions et acquisitions sont pour le secteur un moteur structurel qui lui permet de s'adapter très rapidement à de nouveaux domaines, de nouvelles technologies et de nouveaux besoins.

 

Les grandes entreprises cherchent à étendre leur gamme de produits en achetant des petites sociétés innovantes, lesquelles de leur côté ne disposent pas des forces de marketing suffisantes pour faire concurrence aux premières et vendre efficacement leurs propres produits. Alors que les fusions et acquisitions ont ralenti en 2020 du fait de la pandémie, le marché s'attend à un rebond des accords en 2021. En témoignent déjà les 26 milliards d'euros qu'ont atteints les opérations au cours du troisième trimestre 2020, un montant bien supérieur aux 2 milliards d'euros totalisés au premier trimestre de la même année. Les entreprises sont armées d'une puissance de feu financière record d'environ 500 milliards de dollars. La performance des entreprises devrait s'améliorer à mesure que les acquisitions reprennent et que l'impact de la pandémie diminue.

 

Rappel des acquisitions des deux premiers mois de l'année : Au-delà de 2021, le flux d'innovations ne se tarit pas, bien au contraire. Machine Learning et Intelligence Artificielle fournissent de meilleures prévisions, très en amont des pathologies, pour une meilleure prévention. Digitalisation, miniaturisation, téléconsultations, biopsie liquide, … les recherches en cours sont tout simplement vertigineuses, les progrès à en attendre spectaculaires et les perspectives enthousiasmantes.

 

 

QUELS SONT LES SEGMENTS DE LA MEDTECH À FORT POTENTIEL À COURT ET MOYEN TERMES ?

Pour comprendre le potentiel de la Medtech, il est important d'identifier au préalable l'impact de la Covid-19 sur l'année 2020. En effet, la pandémie peut être divisée en deux périodes distinctes. La première période se caractérise par une absence de vaccin et surtout par une faible vision à long terme. La seconde correspond à la saison des annonces des différentes entreprises pharmaceutiques sur un futur vaccin et sa diffusion. Au cours des premières vagues de la Covid-19, les entreprises médicales ayant pour activité principale la détection du virus et la fourniture d'équipements se sont évidemment retrouvées sous le feu des projecteurs, et ont donc affiché de meilleurs résultats.

 

Dans la deuxième phase, l'approche stratégique a été différente. Les secteurs de la médecine dont le coeur de métier est vital ont bénéficié d'une forte reprise d'activité. On pense ici notamment à la chirurgie cardiaque qui ne peut être reportée indéfiniment, contrairement aux traitements dentaires ou à une prothèse de hanche. Le marché mondial des dispositifs cardiovasculaires devrait passer de 42,61 milliards de dollars en 2019 à 71,05 milliards de dollars en 2027, avec un taux de croissance annuel moyen de 6,6 % au cours de la période de prévision 2020-2027. Ainsi, la prévalence croissante des maladies cardiovasculaires est l'un des facteurs clés qui alimentent la croissance du marché.

 

Finalement, c'est un nouveau paradigme qui se dessine, dans lequel les entreprises qui ont obtenu de bons résultats lors de la Covid-19 resteront essentielles (comme le secteur du diagnostic), mais aussi dans lequel les entreprises qui ont souffert et dont l'activité est vitale reviendront aux niveaux d'avant crise (la cardiologie entre autres). Ainsi que nous l'avons dit plus haut, les tests resteront essentiels tant que durera la campagne de vaccination. Vivre avec le test sera la norme, d'autant qu'il est devenu moins cher et plus largement disponible. L'amélioration de la technologie (avec l'application pour smartphone pour les résultats et le "badge" négatif) et la décentralisation des infrastructures de test permettent d'en augmenter sa fréquence et sa proximité avec le consommateur.

 

 

Les prochaines années verront prospérer ces entreprises de la MedTech que la pandémie de Covid-19 a mises en avant, et celles qui, au-delà de la crise sanitaire, promeuvent et bénéficient de l'émergence de nouvelles technologies. La médecine de demain se prépare dans les laboratoires de la MedTech, et elle n'aura plus rien à voir avec celle d'hier. CPR Invest - MedTech permet de participer à cette formidable aventure de croissance.

 

 

Pour lire la suite, cliquez ici

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACPR ACTIONS AMF ANALYSE ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités BANQUE DE FRANCE CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA ETF EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE Grands Prix HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Innovation Magazine Ministre des Finances NEXT20 NON COTE OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels actionnaires individuels* analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite reunions sociétés cotées économie