Dossier Spécial : AG et dividendes mai 2020
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Dossier Spécial : AG et dividendes mai 2020
A la suite de nos précédents dossiers sur les assemblées générales et dividendes en mars et avril, nous avons poursuivi notre surveillance du marché.
Dividendes
 

A ce jour nous avons recensé avec le Cliff les sociétés qui ont déclaré supprimer ou réduire leur dividende.

 

Suppression du dividende
ACCOR CREDIT AGRICOLE SA INTERPARFUMS SAINT-GOBAIN
AIRBUS DASSAULT AVIATION JCDecaux SOCIETE GENERALE
AMUNDI EDF KORIAN SOPRA STERIA GROUP
ATOS ENGIE LAGARDERE S.C.A. TARKETT
AXWAY SOFTWARE ERAMET MAISONS DU MONDE TF1
BNP PARIBAS ESSILOR LUXOTTICA MERSEN VALLOUREC
BOUYGUES EURAZEO NATIXIS WAVESTONE
BUREAU VERITAS EUROPCAR MOBILITY GROUP REXEL  ELIS
CNP ASSURANCES FNAC DARTY ROTHSCHILD & Co  EIFFAGE
COFACE GETLINK SAFRAN  M6
SPIE TARKETT THALES  PSA
Fiat Chrysler Automobiles (FCA)
 FAURECIA    
 
Réduction du dividende
ADP HERMES INTERNATIONAL ORANGE
ALTAMIR ICADE PLASTIC OMNIUM
ARKEMA
AXA
 
  IMERYS PUBLICIS GROUPE
BIC IPSOS SEB (GROUPE)
CAP GEMINI KERING SPIE
CARREFOUR LEGRAND SUEZ
EDENRED LVMH THALES
FDJ MICHELIN VALEO
GECINA NEXITY VEOLIA ENVIRONNEMENT
ST MICRO ELECTRONICS TECHNIP FMP UNIBAIL RODAMCO
 
 

Ces tableaux seront mis à jour régulièrement. Si vous souhaitez nous aider à le complèter, n'hésitez pas à nous envoyer l'information sur info@f2ic.fr


 
L'impact de la crise sur la politique de dividende des entreprises européennes
Patrimoine24 - 28 avril 2020
 

Le contexte économique, politique, et financier exceptionnel commande de réévaluer la soutenabilité des dividendes des sociétés cotées européennes.

 

Contrairement aux crises précédentes, les entreprises ont annoncé très en amont des coupes de dividendes, en raison d'une part de la brutalité de la baisse de leur activité qui a des répercussions négatives sur leur trésorerie, et d'autre part de l'interférence réglementaire et politique qui s'est vite immiscée dans leur politique de dividende.

 

La valorisation du marché intègre d'ores et déjà des hypothèses pessimistes sur le versement des dividendes des entreprises européennes dans les prochaines années. Le « future » de dividendes de l'indice EuroStoxx50 pour 2020 a décroché de près de 50% depuis le début du mois de mars : le marché anticipe, pour cet indice, une division quasiment par deux des dividendes versés.

 

Si quelques incertitudes persistent notamment sur la trajectoire de reprise d'activité postconfinement qui sera décisive pour établir la future politique de dividende des entreprises, il nous semble important de ne pas « jeter le bébé avec l'eau du bain », et de distinguer court terme et long terme. Si la suppression d'un dividende est toujours une nouvelle désagréable pour un actionnaire, on différenciera les reports de dividendes des annulations, les coupes partielles et les coupes totales, et l'on considérera la possibilité de rattraper les retours à l'actionnaire à la reprise de l'activité (2021 ou 2022 selon les sociétés).

 

Le rendement du dividende sur des actions européennes s'élève aujourd'hui à près de 4% . La situation actuelle peut donc même constituer selon nous une opportunité pour investir sur un horizon de moyen/long terme sur des entreprises qui offrent un dividende attractif, à condition de bien pouvoir distinguer le bon grain de l'ivraie !...Lire la suite
 
IMAGE
 


Coronavirus : quel impact sur les dividendes ?
Morningstar - 14 avril 2020
 
Les coupures ou annulations de dividendes se multiplient, et doivent rendre les investisseurs encore plus sélectifs.

Confronté à un manque de visibilité sur leur activité pour cause de coronavirus, un nombre croissant d'entreprises annulent ou reportent le paiement de leur dividende (notre dernière analyse est disponible ici).

Selon un pointage de JPMorgan publié ce mardi 14 avril, 130 sociétés composant l'indice Stoxx Europe 600 (20%), en particulier dans les secteurs de l'industrie (40) et de la finance (37), ont annulé ou réduit leur dividende pour 2020.

Seuls les secteurs de la santé et des services collectifs parviennent pour l'instant à préserver leurs dividendes.

A titre de comparaison 73 sociétés avaient coupé leurs dividendes lors de la crise financière de 2008. Durant cet épisode passé, les dividendes chutèrent de 28% quand les profits plongèrent de 42%.

La liste des entreprises à risque de couper leurs dividendes n'est sans doute pas close, puisque JPMorgan a identifié 30 autres entreprises risquant d'annoncer une mauvaise nouvelle à leurs actionnaires – une bonne partie opère dans le secteur bancaire, mais également dans la consommation courante, l'industrie ou la technologie.

Dans un environnement de marché volatil, où les rendements obligataires sont proches de zéro ou négatifs, le dividende peut être considéré comme un parachute ou une forme de protection pour les investisseurs.

Le fait que des entreprises soient contraintes de couper leurs dividendes peut être perçu comme une forme de prudence et de préservation des flux de trésorerie, ce qui en soi peut être vu de manière positive... Lire la suite.
 


Assemblées Générales
 
Date des AG
Vous pouvez consulter les dates des assemblées générales sur la page suivante : https://www.f2ic.fr/ffci-portal/cms/7217-9049/dates-des-assemblees-generales-2020.dhtml
 

Assemblées générales virtuelles: les dangers pour les actionnaires
Challenges -  Bénédicte Hautefort - 21 avril 2020
 
En multipliant les assemblées générales à huis clos, les sociétés réinventent leurs procédures, au risque d'oublier les droits des investisseurs.

Comment honorer l'incontournable rendez-vous avec les actionnaires, l'assemblée générale annuelle, quand on est confiné ?  En avril et mai, habituellement, la saison bat son plein, du Palais des Congrès au Carrousel du Louvre. Le législateur a trouvé la solution : parmi les ordonnances dites "Covid" du 26 mars, figure la possibilité de tenir son assemblée "à huis clos". Total a annoncé avoir fait ce choix ce mardi matin pour son AG du 29 mai, suivant en cela les 80 sociétés cotées qui ont déjà fait ce choix, parmi lesquelles la majorité des géants du CAC40 : Sanofi, Air Liquide, Michelin ou EssilorLuxoticca par exemple. Seules quelques-unes ont préféré décaler leur date d'assemblée dans l'espoir de pouvoir, peut-être, la tenir physiquement : L'Oréal, Kering, LVMH ou encore Renault les ont ainsi repoussées en juin.

Assemblée virtuelle oui, mais jusqu'où ? Le 17 avril, CNP a été la première société à réunir une assemblée uniquement par téléphone, le président, les scrutateurs et le secrétaire de séance étant tous en des lieux différents. Un compte-rendu publié sur le site en faisait état, et les supports de présentation étaient également mis en ligne. Le même jour, TF1 optait pour un rassemblement physique minimum, trois personnes pour l'assemblée, avec les distances de sécurité et une pour filmer et projeter en direct. Dix-huit sociétés du CAC40 ont annoncé le même choix d'une retransmission sur le vif : cela leur permet de garder le contact avec l'actionnaire, présent de l'autre côté de l'écran.... Lire la suite.


L'AMF rappelle le droit fondamental des actionnaires d'exprimer leur vote en assemblée générale
AMF - 3 mai 2020
 

En amont de la tenue d'assemblées générales, dont certaines peuvent donner lieu à de vives contestations, l'AMF rappelle le droit fondamental des actionnaires d'exprimer leur vote en assemblée générale, dont le caractère d'ordre public a été rappelé par la jurisprudence et qui doit s'exercer dans le respect du principe d'égalité des actionnaires.

 

Si un dialogue actionnarial, et notamment des échanges entre les dirigeants sociaux (ou leurs mandataires) d'un émetteur et des actionnaires, peut naturellement intervenir en amont d'une assemblée générale, de telles démarches ne sauraient se traduire par des pressions de nature à compromettre la sincérité du vote ou à entraver la libre expression du vote des actionnaires, ou intervenir en violation du règlement (UE) n° 596/2014 du 16 avril 2014 sur les abus de marché.

 

Il est rappelé qu'aux termes de l'article L. 242-9 du code de commerce, constituent un délit le fait d'empêcher un actionnaire de participer à une assemblée d'actionnaires ainsi que le fait de se faire accorder, garantir ou promettre des avantages pour voter dans un certain sens ou pour ne pas participer au vote, ainsi que le fait d'accorder, garantir ou promettre ces avantages....Lire la suite.

 


 

Pour consulter les dossiers spéciaux AG et Dividendes des mois précédants

 

Dossier de mars 2020

 

Dossier d'avril 2020


 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACPR ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités BANQUE DE FRANCE CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie