Les prévisions des professionnels Mars 2020
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Des prévisions sur fonds de crise sanitaire,le coronavirus ou covid-19
Les prévisions des professionnels Mars 2020
Il n'est pas encore temps de se positionner à l'achat sur les marchés, selon Véronique Riches Flores
AOF - 16/03/2020

 

En règle générale, une chute de 30% des Bourses marque plutôt le temps de commencer à se positionner sur les actions. Surtout que les valorisations sont au plus bas depuis 2008, souligne Véronique Riches Flores, économiste indépendante. Il y a au moins trois raisons pour lesquelles son cabinet de recherche pense que cette stratégie n'est pas appropriée à la situation présente.

 

Première raison, la correction en place n'a pas produit, pour l'instant, de phénomène de survente par rapport aux tendances à long terme des marchés qui pourrait justifier, à ce stade, une telle stratégie.

 

Deuxième raison, jauger des valorisations par rapport à leur histoire des douze dernières années est indiscutablement discutable au regard des questions que soulève la crise actuelle sur ses conséquences structurelles... Lire la suite en cliquant ici

 

En savoir plus sur le site de Riche Flores Research en cliquant ici

 

  Krach boursier : jusqu'où le CAC 40 peut s'effondrer ?
Boursorama  11/03/2020

 

Avec une chute de 22% en 3 semaines, comment ne pas céder à la panique ? Jusqu'ou peut aller la chute du CAC40 ? Le point de vue d'Eric Lewin, rédacteur en chef des Publications Agora. Ecorama du 10 mars 2020 présenté par David Jacquot sur Boursorama.com.

 

 

 

 

Pour voir la vidéo, cliquez ici
 

Correction boursière : que faire face à la baisse des marchés ?
Cafedelabourse.com- 12/03/2020

 

Découvrez dans cet article ce qu'est exactement un krach, comment réagir lorsque l'on est confronté à une correction boursière, mais aussi quels principes et stratégies d'investissement appliquer pour limiter les dégâts.

Krach ou correction boursière ?

On parle de correction boursière lorsque l'on constate une baisse rapide du cours des actions de 10 % ou plus par rapport à leur plus récent sommet. On parle de krach boursier si la baisse rapide atteint 20 %. Si la baisse atteint les 20 % ou les dépasse, on parlera alors de marché baissier ou bear market.

 

Les corrections boursières ont lieu en moyenne tous les 8 à 12 mois et durent 54 jours environ. Selon Fidelity, il y a eu, depuis 1926, 20 corrections boursières sur des marchés haussiers ; ce qui signifie qu'à 20 reprises, le marché a baissé de 10 % ou plus sans toutefois entrer ensuite dans un marché baissier. En effet, une correction ne signifie pas forcément crise comme on a pu le connaître en 2009 ou en 2011.

 

Le CAC 40 a enregistré la plus forte baisse de son histoire avec une chute de plus de 12 % lors de la séance boursière du 12 mars et une baisse de plus de 20 % en une semaine, une première depuis la crise des subprimes de 2008, reste à savoir s'il s'agira d'un krach dans un contexte de marchés en partie survalorisés depuis de nombreux mois déjà ou d'un préalable à une crise durable. En tous les cas, l'épidémie de coronavirus, véritable cygne noir de ce début d'année 2020 impact indubitablement les marchés financiers qui, avec la ralentissement de l'économie mondiale, anticipent une forte baisse des bénéfices.

 

 

Pour lire la suite, cliquez ici 

 

 
Coronavirus : quel impact pour les entreprises françaises ?

Boursorama - 21/02/2020

 
Le ministère de l'Économie et des Finances réunit vendredi 21 février les représentants de nombreuses filières pour prendre le pouls de la situation.

L'apparition de nouveaux cas de contamination au coronavirus en Corée du Sud, en Iran, ainsi que dans des hôpitaux et prisons chinoises, relance vendredi 21 février les inquiétudes sur la propagation d'une épidémie qui a déjà fait plus de 2.200 morts. Outre l'aspect sanitaire, l'épidémie pèse également sur le commerce et l'industrie mondiale.

En France, les grandes entreprises commencent à chiffrer l'impact de l'épidémie, tandis que Bercy réunit vendredi 21 février les représentants de nombreuses filières pour prendre le pouls de la situation.... 

Pour lire la suite, cliquez ici
 

Coronavirus : l'immobilier est-il une valeur refuge ?
Pierrepapier.fr - 11/03/2020
 

L'expérience des deux dernières grandes baisses boursières, 2001 et 2008, montre que les effets sur l'immobilier ne sont pas systématiques. Que va-t-il se passer cette fois-ci ?

Les deux questions qu'il faut poser sont :

  • Quelle est la part de nouveau, quelle est la part de déjà vu dans le choc présent ?
  • L'immobilier sera-t-il touché, ou sera-t-il une valeur refuge ?

Attention, une valeur-refuge n'est pas ce que l'on pense habituellement...


Pour lire la suite, cliquez ici

Coronavirus : positionnement des portefeuilles.
PATRIMOINE24 - 02/03/2020
 
 

Depuis lundi 24 février, la chute des Bourses mondiales s'est accélérée en lien avec la diffusion plus rapide du coronavirus hors des frontières chinoises. A ce stade, nous considérons le coronavirus comme un choc transitoire. Nous veillons donc à piloter à court terme la volatilité de nos portefeuilles...


QUEL IMPACT MACROECONOMIQUE DU CORONAVIRUS ?

 

Si en Chine, le bilan quotidien de nouveaux cas communiqués est au plus bas, le virus se propage et touche désormais plus de 40 pays dans le monde. Les contaminations se multiplient en Europe et en Asie en particulier.

 

Les impacts de l'épidémie de coronavirus devraient être perceptibles sur les prochains indicateurs conjoncturels et devraient conduire à des révisions à la baisse des croissances économiques dans plusieurs pays. Le virus devrait notamment avoir un impact significatif sur la croissance chinoise qui, sous l'hypothèse d'une épidémie maîtrisée d'ici fin mars et d'un rattrapage partiel s'établirait à 5,5% contre 6% initialement pour 2020. Le ralentissement chinois devrait, par le jeu des échanges mondiaux, avoir des répercussions sur ses pays partenaires : sur l'Asie en premier lieu et dans les pays développés. La nouvelle propagation du virus en Europe pourrait renforcer l'impact sur les indicateurs conjoncturels. Pour autant, nous n'avons pas, à ce stade, de visibilité sur l'amplitude de cet impact qui dépend de la propagation, de la durée de l'épidémie et des mesures de confinement prises par les autorités... Pour lire la suite, cliquez ici

 
 

 

Investir comme en 2008

Morningstar - Jocelyn Jovène -19/03/2020
 
La crise financière de 2008 peut offrir quelques points de référence pour les investisseurs confrontés à la crise du coronavirus.

Aucune crise financière ne ressemble à la précédente et pourtant elles ont souvent bien des points en commun.

Après une année 2019 étonnante à plus d'un points, avec des niveaux de valorisation parfois élevés et laissant peu de place aux mauvaises surprises, 2020 marque le dur rappel à la réalité. Un virus va provoquer une récession économique mondiale.

Du virus à la récession

En l'espace de quelques semaines, le coronavirus a mis à terre l'ensemble des places boursières et testé les capacités de coordinations des politiques économiques. Au regard de ce que l'on a pubobserver à ce stade, il semble bien possible que la correction des marchés financiers, engagée depuis le 19 février, ne soit pas terminée....
 
Pour lire la suite, cliquez ici
 

 Bourse : Top 15 des sociétés françaises aux plus forts dividendes
 Cafedelabourse.com- 12/03/2020
 
Découvrez notre classement des 15 sociétés françaises qui offrent les meilleurs dividendes (dividendes annuels compris entre 5,47 % à 10,26 %) sur les cinq dernières années et qui ont une capitalisation boursière supérieure à 1 milliard d'euros.

Qu'est-ce qu'un dividende ?
Le dividende, aussi appelé « coupon », correspond à la quote-part des bénéfices d'une société versée à l'actionnaire suite aux décisions de l'assemblée générale des actionnaires.

Si le cours de l'action de la société A est de 25 € et qu'elle verse un dividende annuel de 1,20 €, son rendement est de 4,80 % (1,20 € / 25 €). Dans les jours qui suivent, si son cours de Bourse baisse à 22 €, son rendement annuel passe à 5,45 % (1,20 € / 22 €). Et inversement, si son cours de Bourse augmente, son rendement sera plus faible. Si le montant du dividende de la société A évolue l'année suivante, il passe à 1,30 € par exemple, il sera alors aussi nécessaire d'ajuster les calculs de rendement.

Au sein de notre classement, nous avons calculé les rendements sur la base de leurs moyennes sur 5 ans, afin de lisser leurs variations. De plus, nous avons exclu les dividendes exceptionnels pour refléter uniquement les dividendes issus des activités courantes des sociétés....
 
Pour lire la suite, cliquez ici