La lettre des placements - mars 2020
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Que faire de ses actions face au virus ?
La lettre des placements - mars 2020
 Loïc Danton 
C’est un repli historique de plus de 40 % en un mois qu’a enregistré la place parisienne, et les épargnants sont légitimement désemparés par rapport à leurs investissements boursier.
La visibilité est quasiment nulle en raison de la pandémie du coronavirus Covid-19 qui engendre des mesures de confinement jamais vues à travers le monde et dont les consé­quences sur l'économie mondiale seront forcément très négatives.
 

Alors, que faire de ses actions face à une telle situation ?

La première chose, comme toujours dans les périodes ­troubles, est de garder son sang-froid. C'est dans la panique que l'on prend des décisions radicales malvenues et ce, souvent à contretemps. À moins d'être arrivé sur le marché il y a un ou deux mois, la plupart des positions des portefeuilles n'ont pas été achetées au plus haut et les prix de revient des lignes sont raisonnables par rapport à la valeur intrinsèque des sociétés cotées dans un contexte économique « normal ».

 

Tout vendre sans discernement parait donc une mauvaise idée, même si certaines positions, sur les secteurs les plus affectés par cette crise comme le pétrole et le tourisme, mettront plus de temps que les autres à retrouver des niveaux de valorisation corrects. Si vous n'êtes pas encore trop perdants sur les lignes constituées sur ces créneaux particulièrement sensibles, vous pouvez les alléger.

 

À l'inverse, la chute boursière actuelle fait émerger des niveaux de valorisation extrêmement bas pour des secteurs qui sont a priori peu touchés par la crise sani­taire. Ainsi, les acteurs dont l'activité est essentiellement domestique et ne dépend pas du commerce mondial, comme la grande distribution ou la gestion des déchets, constitue des positions défensives intéressantes.

 

Faut-il pour autant les renforcer ? Dans le contexte actuel, aucune valeur n'est épargnée. L'adage boursier dit qu'on ne ramasse pas un couteau qui tombe, ce qui semble particulièrement bien adapté à la période. Des opportunités d'investissement se feront jour une fois le trouble des marchés passé et que l'environnement économique sera moins pollué par les consé­quences de la pandémie mondiale à laquelle nous sommes confrontés.

 

Le mieux pour l'instant, et même si cela est peu satisfaisant, est de faire le dos rond et d'éviter les mouvements inconsidérés sur son portefeuille, dans un sens comme dans l'autre.


 

 

 Loïc Danton 
 

 

 

Achevé de rédiger le 23 mars 2020

 

 
Un petit aperçu des conseils de la Lettre des Placements cette semaine

Cette semaine,

  • Surveillez Worldline qui va entrer dans le CAC 40 ainsi qu'EssilorLuxottica... PAGE 2

  • Conservez Bureau Veritas qui a accéléré en 2019 et JCDecaux, très prudent en ce début d'exercice ...PAGE 3

  • Gardez aussi Virbac qui a réussi son redressement et Bonduelle malgré les difficultés. Pour notre pari spéculatif, vendez Wavestone qui pâtit du contexte .... PAGE 4

  • Les conseils d'analyse graphique .... PAGE 5

  • Notre focus sur les valeurs de rendement .... PAGE 6

  • L'étude du fonds T. Rowe Price Blue Chip Growth's ... PAGE 7

  • Du côté des étrangères, renforcez GBL dont la décote devrait se réduire et conservez Vidrala qui possède un bilan sain ...PAGE 8

  • Nos confidentiels et l'avis du broker ... PAGE 9

  • Enfin, la Rédaction répond à vos questions .... PAGE 10

     

 

couv