Les prévisions des professionnels Février 2020
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Les prévisions des professionnels Février 2020
Faut-il aller sur les marchés boursiers du Moyen-Orient ?
Boursorama - Ecorama - 17/01/2020

 

Est-il judicieux d'investir dans les bourses du Moyen-Orient ? Les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran doivent-elles dissuader de diversifier ses avoirs dans cette région du monde ? Les explications de Frédéric Lorenzini, journaliste chez Patrimoine24. Ecorama du 17 janvier 2020, présenté par David Jacquot sur Boursorama.com

 

 

  Coronavirus et Bourse : comment protéger ses placements ?
Cafedelabourse 31/01/2020

 

La propagation du coronavirus s'est accentuée dans les derniers jours de janvier, impactant considérablement les marchés financiers. Quelles conséquences cette crise sanitaire a-t-elle sur les principaux indices boursiers et sur l'économie en général ? Quels secteurs et quelles sociétés sont les plus touchés par cette épidémie ? Comment protéger son portefeuille boursier et ses investissements des conséquences de la propagation du coronavirus ? Est-il possible de tirer parti de cette crise ?

 

Nos explications pour tout comprendre et adopter le comportement adéquat pour ses placements.

 

Impact du Coronavirus sur les marchés financiers

 

C'est à Wuhan, ville chinoise de 11 millions d'habitants dans la province de Hubei, sur un marché de gros de fruits de mer et de poissons que le nouveau coronavirus chinois s'est manifesté en décembre dernier. Depuis, il se propage à vitesse grand V. Il a déjà touché plus de 9 700 personnes en Chine et fait plus de 220 morts. Des cas ont été recensés dans toute l'Asie mais aussi en Europe, en Amérique du Nord et au Moyen-Orient. L'épicentre de l'épidémie reste la région de Hubei, la plus touchée, avec plus de 5 800 cas avérés.

 

Aujourd'hui, la mise en quarantaine est la seule réponse possible à l'endiguement du virus, ce qui se traduit par un ralentissement économique particulièrement marqué et a des incidences sur tout l'activité économique chinoise. Il faut dire que la crise sanitaire a donné lieu à des mesures de confinement, des mises en quarantaine, à des fermetures d'usines, de boutiques, de restaurants. L'absence de clients se fait ressentir dans les points de vente restés ouverts.

 

Starbucks a fermé 2 000 cafés en Chine. Disneyland Shanghai a fermé ses portes et rembourse les touristes détenteurs de tickets. Les groupes MSC et Costa annulent des croisières au départ des ports chinois. L'impact macroéconomique du coronavirus dépendra de la durée des fermetures de magasins et usines de production. Assez réduites si l'épidémie reste contenue, les conséquences macroéconomiques pourraient être catastrophiques si l'épidémie s'étendait considérablement....

 

 

Pour lire la suite, cliquez ici
 

Les perspectives des marchés d'actions pour l'année 2020.
Meeschaert AM- 12/02/2020

 

Découvrez la vidéo de Guillaume Chaloin, Responsable des gestions actions de Meeschaert AM, aborde les perspectives des marchés d'actions pour l'année 2020....

 

 

Pour voir la suite, cliquez ici 

 

 
Les marchés restent portés par de solides forces de rappel

Patrimoine24 - 21/01/2020

 

Malgré son lot d'incertitudes, l'année 2019 aura finalement réservé quelques bonnes surprises, à l'image du retour du CAC 40 vers les 6 000 points en décembre, pour la première fois depuis 12 ans.

A commencer par le net rebond des principales bourses mondiales, après un bilan 2018 chaotique. De part et d'autre de l'Atlantique, les grands indices ont affiché des hausses de l'ordre de 20 % : + 26.4 % pour le CAC 40, + 28,8% pour le S&P 500, +18.2% pour le Nikkei 225 (performances, dividendes non réinvestis en devises locales). L'arsenal de mesures déployé par les banques centrales pour lutter contre la déflation y est pour beaucoup. « Tel que nous l'avions anticipé, la Réserve Fédérale des Etats-Unis (Fed) et la Banque Centrale Européenne (BCE) ont continué de mener des politiques monétaires accommodantes en injectant des liquidités sur les marchés financiers. Cela a profondément renforcé la valorisation des actions » constate Jean-Jacques Friedman, Chef Investment Officer de Natixis Wealth Management. Ainsi, contrairement aux attentes du consensus fin 2018, la Réserve Fédérale Américaine a baissé ses taux directeurs à trois reprises en 2019. De son côté, après avoir alloué 2 600 milliards d'euros à des rachats d'actifs - principalement des obligations d'Etat et d'entreprises - entre mars 2015 et décembre 2018, la BCE a repris son programme d'acquisition en novembre 2019 au rythme de 20 milliards d'euros par mois. Ce revirement sur les politiques monétaires - et donc le niveau des taux - constitue le principal événement de cette année écoulée.

L'autre force de rappel est d'ordre macroéconomique. « Comme nous l'avons indiqué à plusieurs reprises tout au long de l'année, l'inversion de la courbe des taux, censée précéder une récession économique, ne constitue plus un indicateur pertinent dans un contexte de taux (longs et courts) extrêmement bas » note Jean-Jacques Friedman. Rappelant au passage que « l'interventionnisme des banques centrales joue en effet à la fois sur les taux courts et sur la partie longue de la courbe, via les mesures de rachat d'actifs ». D'autant que sur le front des statistiques, d'autres éléments militaient au contraire pour une stabilisation du cycle économique, avec des indices qui s'avéraient plus rassurants aux Etats-Unis comme en Europe : baisse du taux de chômage, hausse des salaires, augmentation du pouvoir d'achat… Contrairement à ce que pouvaient craindre certains investisseurs, le secteur des services assurait un relais solide au secteur des biens manufacturiers, qui traversait certes une phase de quasi-récession mais dont le poids dans l'économie reste largement minoritaire. Et cela alors que les tensions commerciales semblent vouloir s'apaiser entre les Etats-Unis et la Chine, à l'aube des élections américaines de 2020.

Après le revirement de la politique monétaire, le feuilleton géopolitique de la guerre commerciale sino-américaine et le débat autour d'une possible récession en 2019, la question de la valorisation des résultats des entreprises devrait revenir au centre des préoccupations des stratégistes. D'autant que le marché semble s'être accoutumé aux épisodes récurrents de tensions (Brexit, crise politique italienne, etc.). La bonne résistance des indices boursiers face au risque d'une montée des hostilités entre les Etats-Unis et l'Iran en est un bon exemple.

S'il va sans dire que le scénario d'entrée en récession a été majoritairement écarté, le niveau de croissance économique en 2020 sera déterminant pour appréhender le rythme de progression des bénéfices dans certains secteurs.


D'ailleurs, le décalage temporel entre l'augmentation de l'épargne des ménages - constatée dans de nombreuses régions suite à la hausse du pouvoir d'achat – et la reprise de la consommation, devrait porter ses fruits au cours des prochains trimestres.


L'autre élément décisif sera celui de l'augmentation des multiples de valorisation sur les actifs cotés, à l'image de ce qui a pu survenir au cours de ces dernières années sur le non-coté.


Dans ce cadre, il convient de surveiller en premier lieu les flux des investisseurs anglo-saxons qui pourraient revenir sur le marché européen dans un contexte de résolution du Brexit et d'anticipation de baisse du dollar par les investisseurs.


A côté de ces flux externes, un autre élément pourrait intervenir à ce stade du cycle boursier : le retour des opérations de fusion-acquisitions ou de fonds davantage activistes qui ont d'ailleurs commencé à se positionner sur le marché européen.


Ces opérations concerneront en priorité les secteurs à la recherche d'économies d'échelle ; des entreprises pourraient être retirées de la cote étant donné le désintérêt des investisseurs à leur égard ; d'autres qui possèdent au contraire une compétence technique recherchée pourraient être des cibles d'acquisition...
 


Voir lire la suite, cliquez ici
 

15 sociétés françaises à forte croissance et solvables
 CafédelaBourse - 30/01/2020

Découvrez notre classement des 15 sociétés françaises cotées en Bourse ayant les plus fortes croissances de chiffre d'affaires depuis 5 ans, combinées à de bons profils de solvabilité, et d'une capitalisation boursière supérieure à 1 milliard d'euros. De quoi vous donner des idées d'entreprises dans lesquelles investir en Bourse !
Croissance et solvabilité : notre sélection des meilleures sociétés françaises en Bourse

Afin de sélectionner ces idées d'investissement en Bourse, nous avons appliqué une méthodologie basée sur trois axes :

1. Des chiffres d'affaires (C.A) en croissance d'au minimum + 50 % sur les 5 dernières années.

Formule de calcul : C.A N / C.A N-4 (N étant l'année fiscale du dernier rapport financier annuel officiel publié et N-4 étant la cinquième année précédant l'année N).

2. De bonnes solvabilités par l'intermédiaire d'endettements financiers (dettes bancaires et obligataires) au minimum inférieur à 75 % des capitaux propres.

Formule de calcul : total dettes financières / capitaux propres (les capitaux propres se nomment également l'actif net, il s'agit de la valeur comptable de la société selon son bilan déterminée par la somme de ses actifs, ce qu'elle possède, déduit de la somme de ses passifs, ce qu'elle doit).

3. Des tailles de sociétés relativement importantes d'une capitalisation boursière minimale d'1 milliard d'euros.

Remarque : l'étude de la croissance du chiffre d'affaires ne doit pas être confondue avec la profitabilité. En effet, une société peut avoir un chiffre d'affaires élevé et réaliser peu de profits. Néanmoins, la variation du chiffre d'affaires est un indicateur clé pour mesurer l‘amplitude de la croissance organique d'une société...

Pour lire la suite, cliquez ici