Les prévisions des professionnels Janvier 2020
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Les prévisions des professionnels Janvier 2020
En ce début d’année les professionnels analysent les performances 2019 et éditent leurs prévIsions 2020. Que nous disent-ils ?
Pourquoi les marchés vont devoir vivre avec les risques géopolitiques en 2020 !
Boursorama - Ecorama - 07/01/2020

 

 

 
Les derniers mois de 2019 auraient pu nous faire croire que les risques géopolitiques allaient s'atténuer...Les premiers jours de 2020, avec le regain de tensions entres les Etats-Unis et l'Iran, semblent montrer le contraire selon Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d'investissement de Pictet AM. Ecorama du 7 janvier 2019, présenté par David Jacquot sur Boursorama.com
 

Notre classement des meilleurs actions du PEA
Cafedelabourse 12/12/2019

 

Découvrez dans cet article, notre classement des 5 meilleures valeurs éligibles au PEA du moment ! Mais au fait, qu'est-ce qu'un PEA au juste ?
 

Pour rappel, le PEA (Plan Épargne Actions) est un compte bénéficiant d'une fiscale préférentielle. Il n'y a pas de fiscalité si les plus-values et les dividendes sont conservés au sein du PEA. De plus, après 5 ans de détention d'un PEA, en cas de retrait, seuls les prélèvements sociaux sont exigibles.

 

C'est pourquoi il est intéressant que l'investisseur particulier prenne date (ouverture d'un PEA) même si les opérations d'achats/ventes d'actions sont inexistantes les premières années. En contrepartie, toutes les actions ne sont pas éligibles au PEA. Sont éligibles, les sociétés dont le siège social est dans l'Union Européenne et qui répondent à certains critères (les actions des foncières cotées sont par exemple exclues).


3 critères pour sélectionner les meilleures actions éligibles au PEA


Une valorisation en Bourse conséquente
Notre premier critère est la capitalisation boursière, gage d'une taille de société conséquente et donc théoriquement solide. Nous avons retenu les large caps (sociétés dont la capitalisation boursière est supérieure à 10 milliards).
 

Un faible endettement financier
Pour le deuxième critère, nous nous sommes intéressés à l'endettement financier par l'intermédiaire des ratios de solvabilité exprimés par la formule suivante : endettement financier* / valeur de l'actif net (= capitaux propres, ce que possède la société déduit de ses passifs).

Plus le ratio de solvabilité est faible, moins son risque de faillite est présent. En effet, si le modèle économique de la société rencontre des difficultés, elle ne doit pas être en danger dans le cadre du remboursement des échéances de sa dette, sans quoi ses créanciers pourraient en prendre le contrôle.


Des dividendes en croissance pour la société

Notre dernier critère repose sur une croissance systématique des dividendes d'année en année, sur les 5 dernières années, sauf pour notre dernière valeur sélectionnée. En contrepartie, elle présente une croissance continue de ses actifs et de son bilan...
 
 
Pour lire la suite, découvrir la liste de valeurs et l'infographie, cliquez ici
 

Présentation des perspectives mondiales d'investissement et de marché du BlackRock Investissement Institute pour l'année 2020.
BlackRock Investment Institute | 2020 Global Outlook - 12 & 13/11/2019

 

Growth should edge higher in 2020, limiting recession risks. This is a favorable backdrop for risk assets. But the dovish central bank pivot that drove markets in 2019 is largely behind us. Inflation risks look underappreciated, and the lull in U.S.-China trade tensions could end. This leaves us with a modestly pro-risk stance for 2020.

 

The 2020 macro environment marks a big shift from the dynamics of 2019, when an unusual late-cycle dovish turn by central banks helped offset the negative effect of rising trade tensions. The U.S. dovish pivot looks to be over for now. Any meaningful support in the euro area will have to come from fiscal policy, and we do not see this in 2020. Emerging markets (EMs), however, still have room to provide monetary stimulus.

 

This makes growth the key support of risk assets. Our base case is for a mild pickup supported by easy financial conditions, with a slight rise in U.S. inflation pressures. We see China's economy stabilizing, but little appetite for replays of the large-scale stimulus of the past. We see the growth uptick taking root in the first half of the year, led by global manufacturing activity and rate-sensitive sectors such as housing...
 

Pour lire la suite, cliquez ici 

 

 
Véronique Riches-Flores VS Sébastien Korchia: Que conclure des premières séances de 2020 sur les marchés financiers ?

BFM Business - 15/01/2020

 

Mercredi 15 janvier, Véronique Riches-Flores, économiste indépendante, et Sébastien Korchia, directeur général adjoint chez UBS La maison de gestion, ont débattu sur les premières séances 2020 des marchés financiers et de la croissance de l'économie mondiale dans Le face-à-face dans l'émission Intégrale Placements présentée par Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur. Intégrale Placements est à voir ou écouter du lundi au vendredi sur BFM Business.


 


Voir la vidéo en cliquant ici
 
Consulter le site de Véronique Riches-Flores en cliquant ici
 

Une crainte de récession omniprésente
 Patrimoine24 - Syz AM -07/01/2020

Les gros titres prédisant une nouvelle récession ont été monnaie courante en 2019. Nos spécialistes en investissement expliquent pourquoi ils estiment qu'une récession est peu probable dans les neuf à douze prochains mois.

 

Dans les cycles économiques normaux, les récessions arrivent généralement tous les 7 à 10 ans. Alors qu'aux États-Unis le cycle économique touche à sa fin, voilà dix ans que le pays n'a pas connu de récession. Ce caractère cyclique constitue l'une des raisons principales pour lesquelles beaucoup de gens pensent qu'une récession se profile.

Cette fois-ci, c'est différent.

 

La peur de la récession est omniprésente depuis le dernier trimestre 2018. Ce sentiment de crainte contraste fortement avec les récessions précédentes, notamment celles du début des années 2000 et d'avant 2008. En 2008 justement, le sentiment dominant n'était pas la peur, mais l'autosuffisance. L'économie américaine, présidée par le président de la Réserve fédérale Alan Greenspan, avait toujours affiché une croissance stable et une faible inflation. De là à penser que les banques centrales avaient gagné la bataille contre le cycle économique et qu'une croissance stable était devenue la nouvelle norme, il n'y avait qu'un pas, que les Etats-Unis ont franchi allègrement. De toute évidence, ils avaient tort....

 

Pour lire la suite, cliquez ici