La chronique cinéma de Valérie BOAS juin 2019
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Que reste-t-il de Cannes 2019 ?
La chronique cinéma de Valérie BOAS juin 2019
Cette année je fête mes deux ans d’abstinence cannoise. Je veux dire par là que n’ai pas mis les pieds sur la Croisette depuis l’édition 2017 du Festival de Cannes .

Cette décision m'a été dictée par la raison: aller à Cannes coûte cher, de plus, en tant que modeste blogueuse je n'ai pas un badge prioritaire et donc je n'ai jamais pu voir les films que je veux voir. Et puis surtout tous les films présentés finissent par sortir en salles: je me retrouve donc dans la position du spectateur lambda: je vais voir les films de la sélection dès que je peux, en essayant de ne pas trop lire les critiques avant. Et en vrai... j'aime bien. Alors voici mon carnet de notes

 

  1. Je n'ai pas vu The Dead don't die, de Jim Jarmusch. Le film était précédé d'un mauvais buzz et moi j'avais un mauvais pressentiment
  2. J'ai eu deux déceptions: le film des frères Dardenne, le Jeune Ahmed, et Sibyl de Justine Triet. Dans les deux cas, le sujet était fort : la tentation du radicalisme religieux pour un adolescent pour le premier, le portrait d'une romancière reconvertie en psychanalyste et incarnée par Virginie Effira pour le second. Mais c'est la faible intensité du traitement cinématographique qui pour moi n'a fonctionné ni dans l'un ni dans l'autre cas, malgré un engagement total des comédiens (mention spéciale à Virginie Effira, dont le courage et le refus de la facilité impressionnent).
  3. Avec Douleur et Gloire, là on a commencé à vraiment parler de grand cinéma. Le film d'Almodóvar conserve toutes les qualités de l‘ enfant terrible de la movida: humour, vivacité du trait, mélange de crudité des propos et de pudeur des sentiments. Mais l'enfant terrible en question a maintenant presque 70 ans. C'est un monsieur qui a aimé, qui a été trahi, blessé, qui s'est relevé, qui a pas mal abusé des substances, qui a aimé encore... sans jamais cesser de lutter pour trouver la force de faire des films. C'est cette histoire qu'il nous raconte, sur le ton qu'adopte un ami de la famille à la fin d'une soirée de mariage pour se confie sur sa vie. Sans fard, sans faux-semblants et en sachant que c'est peut-être la dernière fois qu'il peut le faire, en homme libre.
  4. Autre très belle surprise, qui sortira en salles fin septembre : Portrait de la jeune fille en feu de Celine Sciamma. Ce serait facile de donner une étiquette à ce film « drame amoureux en costumes » « film de femme » « film homo ». Mais ce serait tellement injuste. Il s'agit juste d'une histoire d'amour, pudique et intense, avec un subtil crescendo émotionnel. La simplicité de la mise en scène, le propos très juste sur la liberté et sur l'art et la beauté des actrices vous emportent pour un moment hors du temps.
  5. Enfin, à tout seigneur tout honneur, la Palme d'Or, Parasite de Bong Joon-ho m'a tout simplement scotchée. Le cinéaste est habitué des films de genre (policier avec Memories of Murder, film d'action avec Transpiercer, drame familial avec Mother). Non seulement il adopte les codes de ce cinéma « à la coréenne » avec un incroyable brio mais surtout il les transcende pour un film acéré et sans concessions dans lequel il ne livre rien de moins qu'une vision moderne et universelle de la lutte des classes. Sans oublier de manipuler le spectateur avec une extraordinaire virtuosité entre humour, suspense et angoisse. Du très grand art.

Voilà. Sinon je suis saisie par une excitation dévorante car il reste encore 13 films de la sélection à voir dont le dernier opus de Xavier Dolan, celui de Ken Loach, de Desplechins, de Tarantino.... Bref de quoi s'en mettre sous le regard d'ici Cannes 2020. Et de quoi aussi se poser la question d'y retourner.

 

Achevé de rédiger le 21/06/2019

 

 

N'hésitez pas à visionner la bande annonce de ces films en cliquant sur les images 
 
The Dead don't die
de Jim Jarmusch
le Jeune Ahmed
des frères Dardenne
THE DEAD DONT DIE  le jeune Ahmed
 http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19583305&cfilm=266163.html
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19583571&cfilm=249444.html
   
Sibyl
de Justine Triet
Portrait de la jeune fille en feu
de Celine Sciamma
SYBIL
Portrait de la jeune fille en feu
 http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19583570&cfilm=263900.html
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19583942&cfilm=265621.html
   
Douleur et Gloire
de Pedro Almodovar
  Parasite
de Bong Joon-ho
douleur et gloire PARASITE 
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19582286&cfilm=264147.html
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19583481&cfilm=255238.html
 
 
 Valerie Boas est une professionnelle de la finance et une blogueuse cinéma.
 
Retrouvez ses chroniques d'actualité sur son blog : http://theboboblog.wordpress.com

 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie