La Chronique de Jérôme Boumengel de juin 2019
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
L’heure du retour en grâce a sonné pour la « relique barbare »
La Chronique de Jérôme Boumengel de juin 2019
Dans un présent imparfait et un futur incertain, il semble bien que l’or soit en passe de retrouver un peu de l’éclat qu’il avait perdu depuis son sommet historique d’août 2011.

A cette époque, l'once avait pu atteindre les 2000$ après avoir largement profité de la politique monétaire accommodante et non conventionnelle de la Fed. Entre juillet 2007 et septembre 2011, les Fed Funds sont passés de 5,28% à 0,06% tandis que l'once d'or voyait son prix tripler.

 

L'arrêt du quantitative easing et la hausse des taux d'intérêt qui a suivi ont par la suite déprimé le prix du métal jaune, sans toutefois qu'il atteigne le seuil psychologique des 1000$ que nous avions envisager dès 2012. Mais depuis janvier 2019, la donne a changé et les anticipations ont commencé à se retourner en faveur de l'or.  

 

Voici les quatre éléments qui nous amènent à envisager un retour en grâce de la « relique barbare »  :

 

1/ Perspective de consolidation sur les taux réels

 

Pour contrer le ralentissement de l'économie américaine, la Fed devrait changer son attitude et les investisseurs s'attendent à ce que le cycle de hausse des taux qui prévaut depuis janvier 2016 s'inverse à la baisse. Avec une inflation qui se maintient depuis six mois, au-dessous de l'objectif des 2%, et avec des anticipations également au-dessous de ce seuil, le scénario d'une baisse des taux d'intérêt réels devient très probable, ce qui constitue un scénario favorable à l'or.

Le chart ci-après montre que si les taux réels (Fed Funds minus PCE) sont ancrés dans une tendance haussière depuis 2012, leur position actuelle sous une résistance laisse envisager la possibilité d'un repli en direction de la zone négative d'ici à la fin de l'année.

 

 

 graphique 1

 

2/ Une croissance des achats d'or physique supérieure à celle de la production aurifère

 

A partir des données du World Gold Council, nous avons pris l'habitude chaque trimestre, de comparer la croissance des achats de métal jaune issus de la joaillerie, de l'industrie, de la thésaurisation, des ETF et des banques centrales, avec celle de la production minière. Compte tenu de la présence de saisonnalité sur les deux séries, nous opérons une correction sur leurs variations saisonnières avant de calculer leur taux de croissance en glissement annuel.

 

L'analyse statistique des deux nouvelles séries montre qu'un taux de croissance des achats supérieur à celui de la production des mines d'or est un très bon soutien à une progression des prix du métal jaune. Or c'est le cas actuellement puisqu'en glissement annuel, le taux de croissance des achats de métal se situe à +8,2% contre -7% pour celui de la production des mines d'or (Cf. chart ci-après).

 

 

 graphique 2

 

3/ Un sentiment de marché qui s'améliore

 

L'intérêt des investisseurs pour le métal jaune se décèle tout d'abord dans le solde des positions nettes spéculatives sur les contrats à terme cotés sur le COMEX. A partir des dernières statistiques compilées dans le rapport hebdomadaire de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), on constate que les positions acheteuses des Fonds spéculatifs continuent de progresser. Le solde qui tournait autour de zéro fin novembre 2018 se situe maintenant à 184 000 contrats. C'est très modéré ; aussi bien en niveau que dans la durée.

 

Par ailleurs, nous avons également pris l'habitude d'analyser l'orientation de la prime de risque de l'indice DaxGlobal Gold Mining. Cet indicateur que nous calculons chaque semaine, permet d'analyser l'évolution de l'aversion au risque des investisseurs pour les actions de l'indice. Historiquement, c'est un bon indicateur avancé de l'évolution à venir des prix du métal jaune.

Or  en début d'année, la prime de risque de l'indice sur les actions des sociétés minières a fortement chuté revenant à 0,6% (Cf. Chart ci-après). Il y a un véritable appétit pour le risque lié à cette classe d'actif et l'or devrait en profiter.

 

graphique 3

 

 

4/ Une configuration graphique devenue attractive

 

Sur le plan graphique, l'intérêt des investisseurs est bien visible. Les prix du contrat à terme (échéance rapprochée) s'inscrivent depuis fin 2016 à l'intérieur d'un vaste triangle dont ils tentent actuellement de sortir par le haut. La remontée des cours au-dessus de leur moyenne mobile à 50 et 100 semaines, la récente sortie par le haut d'une période de consolidation en forme de biseau et l'augmentation des volumes de transactions sont autant d'éléments qui permettent d'envisager le départ d'une tendance haussière sur les prix du métal jaune. Nous parions sur ce scénario avec un objectif à moyen terme qui se situe à 1600$ l'once.

 

 graphique 4

 

 

Achevé de rédiger le 20/06/2019

 

Jérôme Boumengel

Directeur de la prévision chez TrendFi

www.trendfi.fr

 

 

© Copyright Jérôme Boumengel - Pour toute reproduction ou toute citation, le nom de l'auteur et la source devront être mentionnés.

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie