La chronique cinéma de Valérie BOAS février 2019
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Les berlinade 2019
La chronique cinéma de Valérie BOAS février 2019
Cette année à la Berlinale, j’ai tout fait comme il faut. Je me suis levée tous les matins aux aurores pour être à la première projection du matin au théâtre Marlene-Dietrich.

Je me suis nourrie exclusivement de bretzel et de dönerkebab achetés à des vendeurs à la sauvette sur Postdamerplatz pour éviter de perdre une miette de chaque projection. Pour garder l'esprit clair, j'ai héroïquement résisté à l'appel de la bière et pendant une semaine je n'ai bu que de l'eau et du café bon marché afin de rester éveillée jusqu'à la fin de la dernière séance de la nuit.

 

Je n'ai pas tout vu - même la blogueuse la plus motivée du monde ne peut pas voir 200 films en 5 jours. Mais j'ai quand même vu beaucoup de choses.

 

Du dernier Francois Ozon (‘Grâce à Dieu'), assez plombant, à un film mongol pas mal du tout (Öndög - ça veut dire « œuf de dinosaure » et ça parle d'une très curieuse histoire d'amour et de fertilité) en passant par le premier opus du très séduisant Chiwetel Ejiofor (l'inoubliable acteur de ´12 years a slave'). « The boy who harnessed the wind » produit par Netflix, a été entièrement tourné au Malawi et avec notre Aïssa Maiga nationale qui parle couramment le chewa. Et je vous passe les films guatémaltèques, moldaves, sino-coréens tournés au Japon, etc.

 

Cette année encore j'ai adoré mon séjour à Berlin - même si je dois avouer m'être parfois légèrement assoupie, les films ayant tendance à s'allonger à mesure que le numérique rend le coût marginal de la pellicule inexistant. Mais j'ai aussi appris plein de trucs: j'ai ainsi vu un biopic sur Bertolt Brecht plutôt bien ficelé et un film d'Agneszka Holland sur Gareth Jones, un journaliste gallois dont le témoignage sur la grande famine en Ukraine en 1932 a été censuré.

 

J'ai aussi vu quelques belles prestations d'actrice comme celle de Juliette Binoche dans ‘Celle que vous croyez', un joli film sur la face sombre des réseaux sociaux qui sort en salles le 27 février, ou encore celle de Diane Kruger, une nouvelle fois très convaincante dans ´Die Agentin´un film d'espionnage efficace dans lequel elle incarne un agent du Mossad postée à Téhéran peu à peu prise de doutes sur le sens de son action (on la comprend).

 

Pas déçue donc, mais à chaque séance j'espérais vaguement ce qu'attendent tous les cinéphiles: un coup de cœur, un sanglot ravalé, un éclat de rire irrépressible, une émotion un peu plus forte qu'à l'accoutumé. Il m'aura fallu un concours de circonstances, en l'occurrence un réveil tardif et une reculade psychologique à l'idée de faire prévaloir un drame social serbe sur mon café matinal... mais j'ai eu ce coup de cœur.

 

Le film s'appelle ´Werke Ohne Autor' (« Œuvre anonyme ») et curieusement son titre international n'a rien à voir: ‘Don't look away'. Mais qu'importe le titre. Dans ce récit plein de souffle, Florian Henckel von Donnersmarck (le réalisateur de ´La vie des autres') livre la biographie d'un artiste fictionnel, Kurt Barnet, dont la vie et l'œuvre sont largement inspirés de ceux de Gerhard Richter. La fresque historique s'étend des années 30 au début des années 60 et ne manque pas de force, à l'instar de l'histoire d'amour qui lie le héros à sa femme, la ravissante Paula Beer (vue dans Franz, de François Ozon). Les thèmes chers au cinéma allemand comme les crimes d'euthanasie perpétrés par les nazis et la guerre froide vue de l'intérieur sont traités non sans originalité. Mais c'est surtout le bouleversant hommage à la création artistique qui fait la beauté du film. On assiste ainsi au parcours intime du jeune héros du film pour s'approprier sa vérité et marcher ainsi vers son destin d'homme et d'artiste libre.

 

Je ne sais pas quand ni même si ce film sortira en France. Je pressens que son destin aux Oscars, où il représentera l'Allemagne ce mois-ci, jouera un rôle dans sa distribution internationale.

 

En attendant j'ai pu le découvrir dans une petite salle de la Kantstrasse, avec en prime une séance de questions- réponses avec Sebastian Koch (l'acteur qui joue l'acteur dans la Vie des Autres.... vous me suivez?). Super-star en Allemagne, il était là, gentil, disponible, à échanger avec le public aux côtés de la costumière du film.

 

C'est aussi cela la Berlinale: la mise en valeur sans aucun snobisme d'un cinéma de qualité, accessible, pour le public et avec lui. C'est pour cette raison que je reviens chaque année, bravant le froid, traversant le Tiergarten enneigé et n'en revenant toujours pas de ma chance d'être là.

 

 
Achevé de rédiger le 12/02/2019

 

 

N'hésitez pas à visionner la bande annonce de ces films en cliquant sur les images 
 
Grâce à Dieu
de Francois Ozon
Öndög
de  Wang Quan'an
image  ONDOG
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19580890&cfilm=263132.html
 Pas de bande annonce disponible
 
   
The boy who harnessed the wind
de Chiwetel Ejiofor
WIND
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19582264&cfilm=259993.html
 
 
 Valerie Boas est une professionnelle de la finance et une blogueuse cinéma.
 
Retrouvez ses chroniques d'actualité sur son blog : http://theboboblog.wordpress.com

 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie