L'édito de Roland Laskine : Le PEA Jeunes devra vaincre des réticences
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
L'édito de Roland Laskine : Le PEA Jeunes devra vaincre des réticences
La lettre des placements - octobre 2018
Nous nous réjouissons de l’adoption, début octobre, par les députés, du projet de loi Pacte qui entre autre dresse les contours du futur PEA Jeunes. Ce produit qui s’adresse à des jeunes âgés de dix-huit à vingt-cinq ans à la charge de leurs parents leur permettra de se familiariser avec l’investissement en actions dans une optique de long terme.

Ce plan d'épargne en actions ouvert auprès d'une banque ou d'une compagnie d'assurances pourra être alimenté en numéraire dans une limite de 25 000€. Les sommes totales versées sur les PEA jeunes et sur ceux des parents ne devront pas excéder le plafond autorisé : 150 000€ pour une famille monoparentale ou 300 000€ pour un couple disposant chacun d'un PEA.

 

Le PEA Jeunes se transformera en un PEA ordinaire une fois que son détenteur sera sorti du foyer fiscal de ses parents, au plus tard à ses 25 ans. L'objectif n'est pas de créer une nouvelle niche fiscale pour les contribuables, mais d'inciter à la mobilité des capitaux et à l'investissement productif. Ce produit a donc une vertu aussi éducative que patrimoniale.

 

Ce projet, soutenu de longue date par l'Association nationale des sociétés par actions qui regroupe les principaux groupes français cotés en Bourse, est destiné à orienter l'épargne vers nos entreprises qui ont besoin de se financer pour accélérer leur développement et créer des emplois.

 

Le PEA Jeunes séduit les boursiers, mais sa mise en place effective est loin d'être acquise. Cette mesure incluse dans la loi Pacte n'a aucune chance d'être adoptée avant le printemps 2019, car le Sénat doit examiner entre-temps le projet de loi de finances et celui de financement de la Sécurité sociale. Plus regrettable, les banques sont très réservées sur le sujet. La Fédération bancaire française s'inquiète déjà des investissements importants à venir pour ce nouveau produit. Ses représentants ont donc fait savoir qu'ils ne sont pas totalement convaincus de son succès au regard de la faible croissance des encours du PEA. Difficile en effet de compter sur le soutien des banquiers qui ont tout fait, depuis la disparition des agents de change à la fin des années 80, pour anesthésier le placement direct en actions au profit des Sicav et autres produits intermédiés.

 
 
Roland Laskine, Directeur de la rédaction
 
Achevé de rédiger le 17 cotobre 2018
 
Un petit aperçu des conseils de la Lettre des Placements cette semaine

 

Cette semaine, La Lettre passe en revue les 98 valeurs françaises qu'elle conseille. Après la correction des marchés et alors que les perspectives demeurent globalement favorables.

 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACPR ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités BANQUE DE FRANCE CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE Grands Prix HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 NON COTE OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie