La Lettre des Placements - mai 2018
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
L'édito de Emmanuel Gentilhomme - Ces secteurs menacés par le pétrole.
La Lettre des Placements - mai 2018
En touchant les 80,50$ le 17 mai, le baril de Brent de la mer du Nord, référence pour les deux tiers des pétroles mondiaux, a renoué avec ses niveaux de novembre 2014. Il a presque triplé en 28 mois, et le mouvement reste rapide : sur un an, l’augmentation frise les 50 %. L’accélération récente est imputable à la prime de risque géopolitique, qui a enflé avec l’annonce de sanctions américaines contre l’Iran et le Venezuela. Or le pétrole de Téhéran venait juste de retrouver le chemin du marché international quand à Caracas, le délabrement économique a fait chuter les extractions à leur plus bas niveau en 30 ans environ.

N'oublions le rôle majeur de l'Opep, emmenée par l'Arabie saoudite : mi-2014, le cartel laissait filer sa production, renonçant même, fin 2015, à ses célèbres quotas. Il s'en est suivi une chute des cours avant que l'organisation de Vienne n'annonce le rétablissement (au 1er janvier 2017) desdits quotas à un niveau restrictif, qui plus est avec l'appui de pays extérieurs comme la Russie. Depuis, cette « Opep élargie » respecte ses engagements. La production record des États-Unis, qui dépasse maintenant celle de l'Arabie saoudite, n'a donc pas empêché le rebond de l'or noir.

 

Qui en profite le plus ? Évidemment les compagnies pétrolières, mais pas autant qu'on pourrait le penser puisque les termes des accords de partage de production deviennent tendanciellement plus favorables aux États. Les parapétrolières en tirent un meilleur parti, un cours du baril plus élevé laissant enfin entrevoir un retour en force des investissements d'exploration-production, allègrement sabrés ces dernières années.

 

Qui risque d'en pâtir le plus ? Parmi les consommateurs de produits pétroliers, les compagnies aériennes sont sans doute les plus exposées : chez Ryanair par exemple, le kérosène concentre environ 40 % des dépenses opérationnelles. Chez Michelin, une hausse du Brent de 1$ fait grimper les coûts d'achats (qui à 25 % portent sur du caoutchouc synthétique) de 9M$. Ou encore Tarkett, chez qui le PVC et les plastifiants représentent 33 % des dépenses de matières premières. La résistance des bénéfices sera alors fonction de la capacité de ces entreprises à imposer leurs prix.

 

Emmanuel Gentilhomme

 

 

Achevé de rédiger le 24/05/2018

 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACPR ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités BANQUE DE FRANCE CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie