Les prévisions des professionnels - avril 2018
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Grand angle - la vision des professionels
Les prévisions des professionnels - avril 2018
Retrouvez les analyses et recommandations des professionnels pour le mois d'avril 2018.

 

La débâcle se poursuit

Saxo Banque - Andréa Tueni - 01/04/2018

saxo banque

 

La débâcle se poursuit sur les marchés actions. Les tentatives de reprises ont toutes été avortées. Le marché semble plus proche de revenir voire de casser ses plus bas de février que d'opérer un vaste mouvement de reprise.

 

D'un point de vue purement statistique, les marchés américains ont connu leur pire début de deuxième trimestre depuis la grande dépression de 1929 soit plus de 89 ans. A cela s'ajoute le fait que les marchés ont connu leur pire trimestre depuis plus de deux ans. Autant d'éléments qui confirment le sentiment déprimé des bourses mondiales. Il est inéluctable aujourd'hui que l'environnement « risk off » persiste et signe. Comme nous l'avons déjà rappelé auparavant, les investisseurs doivent se réhabituer à un contexte beaucoup plus volatil. La période de volatilité anormalement basse est désormais révolue et les indices de volatilité vont se réajuster à des degrés supérieurs comme on peut le constater depuis le début du mois de février.

 

Les Etats-Unis apparaissent comme le principal moteur de cette baisse. Dans un premier temps, de plus en plus de forces contraires s'opposent. On pense notamment à la FED versus l'inflation ou encore momentum versus fondamentaux économiques. Dans un deuxième temps, l'actualité chargée pèse négativement sur les marchés. La guerre commerciale que se livrent les Etats-Unis et la Chine pèse sur le moral des investisseurs. Le chemin hasardeux sur lequel se lancent les deux puissances économiques crée un climat d'incertitude sur les marchés. L'incertitude est un des principaux ennemis de la finance ce que l'on ressent assez bien sur la tendance actuelle. Enfin, dernièrement, la correction violente des valeurs technologiques a creusé les pertes des indices américains. L'impact potentiel des tarifs douaniers sur ces valeurs, les propos de Donald Trump sur Amazon, les mauvaises nouvelles de Tesla ou encore l'annonce d'Apple concernant Intel, ont précipité la chute du secteur le plus performant en 2017 mais aussi celui qui apparaît comme étant le plus surévalué.

 

L'Europe résiste relativement bien à ce carnage même si la dynamique reste évidemment baissière d'autant plus que la macroéconomie ne joue plus vraiment un rôle de soutien. En effet, plusieurs indicateurs dont les derniers PMI ont montré des signes d'essoufflement....

 

 

Ce contexte difficile est de mauvais augure avant l'ouverture de la saison des résultats. Les attentes sont, une fois n'est pas coutume, positive. Les analystes tablent sur une croissance du BPA de 24% et des revenus de 7% sur les actions américaines. Si les attentes se confirment, cette saison de résultat permettra-t-elle de relancer les actions ou sera-t-elle, au contraire, reléguée au second plan ?

 

Pour lire la suite, cliquez ici

 


Croissance mondiale pour tous : une idée à oublier

Saxo Banque - Christopher Dembik - 30/03/2018

saxo banque

 

Fin 2017, les marchés avaient adopté l'idée d'une « croissance/relance mondiale généralisée ». Un trimestre plus tard, les analystes ont bien du mal à trouver ce qui pourrait justifier une hausse de l'inflation et commencent à réaliser que la croissance mondiale généralisée prévue ne prend pas forme.

 

Les espoirs de reflation ont fait long feu, malgré les craintes de guerre commerciale. Dans les pays du G7, l'inflation moyenne est restée stable l'année dernière, aux alentours de 1,7 %. Dans le groupe « BRICS plus Indonésie », où les pressions inflationnistes sont traditionnellement plus fortes, on observe une nette convergence des taux d'inflation avec ceux des pays développés. Dans les pays émergents, l'inflation, à seulement 3,2 % en glissement annuel, est à son plus bas niveau depuis la crise financière mondiale de 2007.

 

D'un autre côté, de plus en plus de signes indiquent que le pic de croissance mondiale pourrait être derrière nous. La Chine a déjà commencé à ralentir : le credit impulse y est orienté à la baisse depuis début 2017 et, après avoir atteint au premier trimestre de l'année dernière son plus bas niveau depuis 2010, s'établit actuellement à -2,11 % du PIB.

 

Pour lire la suite, cliquez ici


Marchés financiers : comme un parfum de 2008 ?
Binck.fr - Nicolas Chéron - 05/04/2018
binck.fr

 

Les marchés boursiers ont été fragilisés en ce début d'année par un violent retour à la réalité empreint de volatilité. La capitalisation mondiale des marchés actions a reculé en données trimestrielles pour la première fois depuis le premier trimestre 2016, de 337 milliards de dollars. La séance d'ouverture du second trimestre n'augure rien de meilleur puisque le Dow Jones a chuté de 1.9%, sa pire performance depuis 1929. La confiance disparaît-elle peu à peu ? De plus en plus de similitudes apparaissent entre la situation actuelle et ce qu'il s'était passé en 2008. Les marchés sont binaires, les équilibres fragiles et parce que des secousses ont déjà eu lieu en ce début d'année il nous fallait rappeler la possibilité d'un séisme de plus grande amplitude dans les mois à venir.

 

Depuis plusieurs semaines les indices américains sont entrés dans une phase de correction légitime, alors qu'ils ne connaissaient qu'une seule direction depuis l'élection de Donald Trump : la hausse. L'imprévisibilité de ce dernier dans sa conduite des affaires économiques et internationales, couplée à un décrochage des valeurs technologiques qui faisaient jusqu'ici office de locomotives, a jeté un froid sur les investisseurs en manque d'idées et sans réelles convictions à court terme. Un changement de psychologie semble à la manœuvre, les opérateurs ne mettant plus les replis à profit et vendant même les résistances. Progressivement, nombreuses sont les actions dont la tendance de moyen terme s'est détériorée, notamment en Europe. Quant aux groupes qui revoient à la baisse leurs prévisions, ils sont plus durement sanctionnés que d'habitude, à l'image de Sodexo encore cette semaine (-20% en 2 séances).


Pour lire la suite, cliquez ici


Edmond de Rothschild AM conseille d'aborder le marché obligataire avec prudence en 2018 

Option Finance - 06/04/2018

 

 

 

Voir la vidéo

 


 

« Sous la furie, le cycle »

Carmignac - Didier Saint-Georges - 04/04/2018

carmignac

 

 

A l'issue de ce premier trimestre de 2018, beaucoup d'investisseurs semblent encore s'interroger sur le régime d'instabilité dans lequel sont rentrés les marchés. Invoquer l'imminence d'une « guerre commerciale » sino-américaine, ou allumer les feux de la révolte à l'égard de « la Tech », permet à une anxiété diffuse de se cristalliser avec fougue sur des coupables opportuns. Mais l'essentiel est ailleurs (voir notre note de mars « Une énigme de près de dix ans en voie de résolution »). La période d'instabilité qui vient de s'ouvrir est d'une nature nouvelle. Elle reflète non plus une menace de déflation ou de rechute économique, mais une grande confusion quant à l'effet ultime que produira le télescopage de politiques monétaires désormais plus restrictives et de politiques fiscales plus libérales, sur des économies et des actifs financiers dopés depuis des années par le soutien héroïque des Banques centrales.

 

Il nous semble utile d'abord de resituer le véritable poids des enjeux des tensions commerciales pour la croissance, et de confidentialité pour les groupes de technologie agrégateurs de données. Et dans un deuxième temps, rappeler ce qui nous semble représenter un scénario central crédible de sortie de cette période d'instabilité.


Pour lire la suite, cliquez ici


100% Marchés - Mardi 10 avril 2018

BNP Paribas Produits de Bourse - 10/04/2018

 

Tous les mardis de 12h à 12h30, dans l'émission Live "100% Marchés", les experts de BNP Paribas Produits de Bourse décryptent toute l'actualité des marchés : le bilan de la semaine écoulée, les grands moments à venir, les nouvelles du CAC40, les actions à acheter…

 
 

Intelligence artificielle : moins de croissance, mais un vrai potentiel français
Gaspal Gestion - Hubert Tassin - 06/04/2018
HUBERT TASSIN

Emmanuel Macron a voulu affirmer une vision stratégique de l'IA
 
Le président de la République a sorti les recettes médiatiques dont il aime jouer. Une fois encore, il donne plus de solennité et d'optimisme, mais aussi plus d'épaisseur et d'ambition à un sujet auquel ses prédécesseurs ont sacrifié les uns après les autres : les rapports sur les effets de la révolution numérique. Profitant du rapport de mission parlementaire modestement intitulé «Donner un sens à l'intelligence artificielle » et sous-titré « Pour une stratégie nationale et européenne» remis au Premier Ministre par Cédric Villani, M. Macron a voulu affirmer une vision stratégique de la politique française sur cette (vaste) question. L'objectif n'est rien moins que de « constituer en France un hub de recherche au meilleur niveau mondial en IA »
 
 

 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie