La chronique cinéma de mars 2017
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
La chronique de Valerie BOAS - Berlinale 2017 : cinq choses à retenir sur le cinéma allemand
La chronique cinéma de mars 2017
Vous avez remarqué ? Chaque année depuis 10 ans et La vie des autres au moins un très bon film allemand se fraye un chemin sur les écrans français. Toni Erdmann, Victoria, Barbara, Kreuzweg, Guerrière...
 
A l'origine de ce dynamisme, un marché large, une histoire riche des moyens et du talent. Et aussi un festival, la Berlinale, écrin et miroir d'un cinéma qui n'est pas toujours celui que l'on croit. (Voir programme de la Berlinale à côté)
 
 
Vous avez peur de sécher si dans un dîner on aborde le sujet ? Pas de panique, je suis là. Voici cinq points à retenir sur le cinéma allemand :
   
- Il est prolifique : à la Berlinale en février dernier plus de 120 films allemands se partageaient cette année l'affiche du festival. Il faut nuancer, sur le lot il y a beaucoup de courts métrages et de coproductions. Mais tout de même: une section entière (Perspective des Deutsche Kino) est réservée aux films allemands et réserve chaque année son lot de bonnes surprises. Par exemple j'ai beaucoup ri à la projection de l'improbable Autocritique d'un chien petit-bourgeois (Selbstkritik eines bürgenlichen Hundes) de Julian Radlmeier, qui dépeint les aventures d'un hipster obligé d'aller travailler dans une exploitation agricole sous peine de perdre les allocations-chômage dont il vit alors qu'il écrit et tente vainement de séduire des filles intellos et tourmentées.

- Car contrairement à un préjugé tenace, les films allemands sont souvent assez drôles. D'abord il y a de franches comédies comme Tiger Girl, dans la section Panorama réservée aux talents émergents, film féministe gonflé et burlesque sur une jeune femme qui se reconvertit dans la sécurité après avoir échoué à l'examen d'entrée à l'école de police.

Mais l'humour affleure même dans les films plus sérieux comme le très beau In times of the fading light dont le sublime titre en VO est In Zeiten des abnehmenden Lichts. Dans ce portrait d'une famille tiraillée par ses contradictions à la veille de la chute du Mur de Berlin, l'increvable Bruno Ganz (certes citoyen suisse mais allemand d'adoption ) incarne un irrésistible et acariâtre dignitaire communiste vieillissant. Sa prestation a d'ailleurs été acclamée par le public d'autant que...

- Les allemands sont fans de leur cinéma, et ils ont bien raison. Au Festival de Berlin, le public est le bienvenu, les places sont en vente à des tarifs raisonnables et les inconditionnels font donc la queue dès potron-minet pour les acheter.

Et bien sûr les films locaux font un carton. Exemple un inédit de 1973 de Reiner Werner Fassbinder en version restaurée, Welt am Draht.  Les quatre heures que dure ce téléfilm de science-fiction brillant, où l'on passe du téléphone sans fil à l'allégorie de la caverne de Platon, n'ont pas découragé les fans, largement récompensés par un cocktail de fraîcheur, d'insolence et d'intelligence qui inspire encore les cinéastes d'Outre-Rhin aujourd'hui. Pour chacune des projections le moindre strapontin était pris d'assaut pour voir ce bijou. Mais même les strapontins sont confortables à Berlin. En effet...

- L'Allemagne et singulièrement Berlin ont de sérieux atouts pour permettre au cinéma de prospérer : en termes d'infrastructures la capitale allemande possède d'Immenses théâtres, salles de concert et autres bâtiments ayant hébergé des symposiums sous l'ère communiste permettent des projections devant des centaines voire plus d'un millier de personnes.

Ces lieux ont souvent gardé un charme un peu rétro qui ajoute encore au plaisir de ces grand-messes. Les cinémas de la ville ne sont pas en reste non plus. Quant aux infrastructures de production, qui expliquent la profusion de films et de coproductions, la Berlinale leur fournit une exposition médiatique méritée: les studios de Babelsberg, a quelques kilomètres au sud de la porte de Brandebourg, ont ainsi accueilli le tournage de plusieurs films présentés à la Berlinale ces dernières années comme Monument Men et surtout The Grand Budapest Hotel.

- Forte d'une production dynamique et d'un marché de 80 millions d'habitants, l'Allemagne commence aussi à produire des séries qui ont le vent en poupe, y compris à l'international. Présentée cette année à la Berlinale, Le même ciel (der gleiche Himmel), série réalisée par Oliver Hirschbiegel, le réalisateur de La Chute, a tenu les spectateurs en haleine. Cette fiction ultra-documentée nous plonge dans le Berlin de 1973. En pleine guerre froide, nous suivons les aventures d'un jeune et brillant espion de l'Est infiltré à l'Ouest avec pour mission de séduire une femme mûre mais aussi celles d'une jeune nageuse qui rêve de participer aux Jeux Olympiques de Montréal. Autour d'eux gravitent espions, familles séparées, diplomates en goguette et escrocs interlopes.

C'est drôle, surprenant, savoureux. Exactement comme Berlin et son festival.
 
 
N'hésitez pas à visionner la bande annonce de ces films en cliquant sur les images 
Autocritique d'un chien petit-bourgeois
de Julian Radlmeier
Tiger Girl
de Jakob Lass
affiche
Bande-annonce

 

Bande annonce
 
 
In times of fading light
de Matti Geschonneck
Welt am Draht
de Reiner Werner Fassbinder
 
 

 

 
affiche
 Bande-annonce
 
 

 

Bande-annonce

 

www.youtube.com/watch?v=YvlQ8TQsmQA

 

   
Le même ciel
d'Oliver Hirschbiege
  Bande-annonce

www.youtube.com/watch?v=jQ6icAAqPAs

 
 
 Valerie Boas est une professionnelle de la finance et une blogueuse cinéma. Retrouvez ses chroniques d'actualité sur son blog : http://theboboblog.wordpress.com

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur lexique boursier presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie