La lettre des placements - mars 2017
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
L'édito de Roland Laskine : Résultats 2016 : bravo aux sociétés du CAC 40
La lettre des placements - mars 2017
Les entreprises françaises ont une fois de plus surpris par la solidité de leurs performances. La campagne de publication des résultats 2016 du CAC 40 se termine en effet sur 75,50 Md € de profits cumulés (+ 32 % par rapport à l’année précédente).
Les bonnes surprises ont été nombreuses. Parmi celles-ci figure le redressement de l'automobile avec un quasi-doublement des bénéfices de Peugeot mais aussi de Renault qui a publié les plus beaux résultats de son histoire. Du côté des valeurs industrielles, ArcelorMittal, porté par la remontée du prix de l'acier, est passé d'une perte nette de 7,30 Md € à un bénéfice de 1,60 Md €. LafargeHolcim s'est également bien redressé, avec un résultat net de 1,70 Md €. Total a bien résisté à la baisse du prix du pétrole, mais le géant pétrolier français a perdu sa position de plus gros bénéfice du CAC 40, au profit de BNP Paribas et AXA. Dans le luxe, LVMH et Kering ont de leur côté annoncé des performances nettement supérieures aux attentes.

Les déceptions ont été rares : c'est le cas d'Airbus, pénalisé par les ratés de l'avion militaire A400M, de Vivendi plombé par Canal + et de Publicis ayant déçu aux États-Unis.

Nos entreprises bénéficient d'un contexte favorable de reprise de la croissance mondiale, de faiblesse de l'euro et de taux du crédit historiquement bas. La fin de la baisse des prix des matières premières permet à certains groupes industriels, comme Michelin ou Saint-Gobain, de remonter leurs tarifs, ce qui est bon pour leurs marges. Les analystes sont confiants : ils attendent désormais une hausse de 14 % des bénéfices nets par action des grands groupes européens pour 2017 et de 9 % pour 2018.

Les entreprises françaises, très présentes à l'international, sont bien placées pour avoir leur part du gâteau, mais leurs performances boursières ne sont pas à la hauteur de leur potentiel bénéficiaire. Sur un an, l'indice allemand DAX 30 affiche une hausse de 23,5 % identique au Dow Jones aux États-Unis, alors que le CAC 40 doit se contenter de 13 %. Notre retard s'explique par les incertitudes politiques qui pénalisent le pays. Nous disposons d'un fort potentiel de rattrapage, à condition évidemment que les extrêmes ne parviennent pas au pouvoir en mai prochain.
 
 
Roland Laskine, Directeur de la rédaction
Achevé de rédiger le 15 mars 2017

 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur lexique boursier presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie