La chronique cinéma de juillet 2016
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
La chronique de Valérie BOAS - Et sinon, qu’est-ce qu’il y a au ciné, cet été ?
La chronique cinéma de juillet 2016
Franchement, si ça ne tenait qu’à moi, je ne l’aurais pas écrit, ce billet. Avec tout ce qui s’est passé récemment, à Nice, à Istanbul et ailleurs, je n’avais pas trop le cœur à écrire et recommander des sorties cinéma en ce moment me paraissait décalé et dérisoire. Mais voilà, depuis quelques jours, les messages arrivent, vaguement insistants… « Eh ben alors ? Y’a quoi, à voir, au ciné, cet été ? ». Alors voilà, en quelques lignes, mon palmarès personnel de juillet à destination des amateurs d’air conditionné et de bonnes toiles estivales.
Prix d'interprétation féminine
Je le décerne, sans la moindre hésitation, à Marina Foïs pour son éblouissante performance de paumée magnifique dans « Irréprochable », de Sébastien Marnier. La Foïs, balade son public comme une funambule virtuose sur le fil des émotions, tour à tour désespérée et machiavélique, puis blessée et déterminée à l'extrême. Son personnage de Constance, agent immobilier sur le retour marque son entrée dans la cour des très grandes comédiennes. Une séance de rattrapage s'impose si vous n'avez pas encore vu ce thriller social exemplaire de sobriété et de tension.

Prix d'interprétation masculine

Fans absolus de Kevin Spacey, inconditionnels de House of Cards, comptez-vous. Votre idole livre un nouveau morceau de bravoure présidentiel et hautement seventies dans « Elvis et Nixon », de Liza Johnson. Certes, on regrette un peu que notre idole éclipse le reste de la distribution, notamment Michael Shannon, qui campe un Elvis Presley un peu pâlot. On regrette aussi que tout soit dans le titre et que cette histoire de rencontre improbable entre Dirty Dick et le King peine un peu à nous captiver sur 1h30. Mais Kevin est impérial, comme toujours

Meilleure comédie musicale à laquelle il faut donner sa chance : « Sur quel pied danser » de Paul Calori et Kostia Testud.
Improbable croisement entre l'univers de Jacques Demy (période « Les demoiselles de Rochefort ») et celui de « Merci, Patron », (le documentaire au demi-million d'entrées), ce très joli film est porté par Pauline Etienne, jeune comédienne belge  aussi pleine de charme que l'histoire qu'elle raconte : lasse d'enchaîner les CDD, une trentenaire étourdie et lunaire va se réinventer en manutentionnaire dans une fabrique de chaussure. Sur ce pitch léger come une bulle de Perrier, le film propose de jolies envolées musicales et chorégraphiques mâtinées d'un humour décalé et vivifiant.

Meilleur film italien (et il y avait longtemps qu'on attendait ça) : « Léa » de Marco Tullio Giordano.
Des Monstres à Gomorra, en passant par César doit mourir, les exemples ne manquent pas : le cinéma transalpin n'est jamais aussi bon que quand il s'attaque aux affreux, aux maffieux, aux vraiment méchants. Seulement il y avait un petit moment que l'on n'avait pas vu de vrai bon film transalpin « de genre ». Et là, on en tient un : Léa, l'histoire vraie d'une femme libre, une forte tête, une calabraise mariée avec un baron de la  Ndrangheta, qui divorce et refuse de se soumettre à la loi brutale de sa communauté. Avec sa fille elle va fuir aux quatre coins d'une Italie inhospitalière, changeant d'identité, supportant menaces et pression sans baisser le regard. Une histoire à faire froid dans le dos, puissante et réaliste, mais jamais désespérée.

Meilleure reprise
« L'insoutenable légèreté de l'être » de Philip Kaufman avec Daniel Day-Lewis et Juliette Binoche, ressort le 27 juillet 2016. J'ai vraiment besoin de développer ?

Prix spécial copinage

Mon ami Bernard Tanguy a réalisé « Parenthèse », un « buddy movie » spécial quinquagénaires, Un vrai film d'été, tourné sur un bateau dans le Sud de la France et réalisé en dehors du système, sans subvention.  Sans têtes d'affiche non plus mais avec un sextuor de comédiens aguerris et talentueux (Gilles Gaston-Dreyfus, Anne Serra, Sophie Verbeek, entre autres). Amateurs de navigation de plaisance, de soleil, de rosé et de jolies filles, vous allez aimer. Et si en plus vous aimez le groupe Stupéflix, alors là c'est gagné.
 
 
 
N'hésitez pas à visionner la bande annonce de ces films en cliquant sur les images 

Irréprochable
Sébastien Marnier
Elvis & Nixon
de Liza Johnson
 
affiche
Bande-annonce
Bande annonce
 

 
Sur quel pied danser
de Paul Calori et Kostia Testud
 
Léa
de Marco Tullio Giordano
 
 

 

affiche
 Bande-annonce
 

 Bande-annonce

www.youtube.com/watch?v=qT_693P71dk

 
 
L'insoutenable légèreté de l'être
de Philip Kaufman
Paranthèse
de Bernard Tanguy
  Bande-annonce

www.youtube.com/watch?v=m1zYYWHFRNw

  Bande-annonce
 
 
 Valérie Boas est une professionnelle de la finance et une blogueuse cinéma. Retrouvez ses chroniques d'actualité sur son blog : http://theboboblog.wordpress.com

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACPR ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités BANQUE DE FRANCE CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE Grands Prix HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 NON COTE OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie