La lettre des placements - mai 2016
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
L'édito d'Emmanuel Gentihomme - Une OPA au moins-disant ?
La lettre des placements - mai 2016
Pas de doute, les OPA sont de retour. Parmi les opérations de grande taille, on peut citer l’offre que Deutsche Boerse va lancer sur le London Stock Exchange, le mariage de Technip et de FMC Technologies ou encore l’approche de Monsanto par Bayer. Sans omettre l’OPA, plus modeste, que Vivendi mène sur Gameloft, ou celle que Total veut lancer sur Saft.
Les entreprises profitent de conditions financières favorables pour étendre leur périmètre et/ou se diversifier, ce qui témoigne d'une ambition et d'une confiance en l'avenir bienvenues. Au surplus, les actionnaires tirent parti de la prime dont s'accompagnent généralement les OPA. Surtout si deux prédateurs viennent à se disputer la même proie.

Malheureusement, cette règle souffre des exceptions que la Foncière de Paris (FDP) pourrait bien illustrer. Ce spécialiste des bureaux fait l'objet d'une offre mixte de la part d'Eurosic dont la composante en espèces se monte à 136€ par action FDP. Autre grand nom du secteur, Gecina s'est lancé dans la bataille en annonçant une surenchère comprenant une offre en cash à 150€. Quel que soit la forme considérée, l'offre de Gecina surclasse celle d'Eurosic d'environ 10 %. Pourtant, il est possible qu'au grand dam des petits porteurs ce soit le moins-disant qui finisse par l'emporter.

Au nombre d'une trentaine, les sociétés d'investissement immobilier cotées (SIIC) à Paris forment en effet un microcosme. FDP possède par exemple 7,5 % du capital d'Eurosic et le tour de table des deux groupes a lui aussi des airs de famille : l'acteur mutualiste Covéa détient 29,6 % de FDP et 21,8 % d'Eurosic, quand le Crédit Mutuel pointe à respectivement 11,5 % et 12,2 %. De plus, Eurosic vient de s'assurer des 26,6 % de FDP détenus par d'autres institutionnels, Allianz et Generali. Puis mardi, Covéa a invoqué d'obscures « problématiques fiscales et de réemploi des actifs » pour choisir l'offre moins-disante d'Eurosic qui, de ce fait, pourrait être en mesure de contrôler le capital de la cible.

Reste à savoir quelle sera la position de FDP, qui ne s'est pas encore décidé. En attendant, on voit mal pour quelles raisons les minoritaires devraient envisager de se défaire de leurs titres au prix le plus bas.
 
Emmanuel Gentilhomme
 
Achevé de rédiger le 25 mai 2016
 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACPR ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités BANQUE DE FRANCE CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE Grands Prix HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 NON COTE OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie