La lettre des placements - édito de février 2015
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
L'édito de Roland Laskine - Soros met le cap sur l’Europe et l’Asie
La lettre des placements - édito de février 2015
 
Le célèbre trader américain George Soros, qui est à la tête d'un fonds familial de 30 milliards de dollars, vient de déclarer qu'il coupait une partie des positions prises sur le marché américain pour se placer en Europe et en Asie. Deux milliards et demi de dollars ont déjà été investis sur ces deux marchés, d'autres vont suivre. Quand on sait que George Soros a fait 14 % de gains sur son fonds l'an dernier et qu'il s'est déjà adjugé 5 % depuis le 1er janvier, on se doute que chacune de ses déclarations est suivie de près dans toutes les salles de marché de la planète.

Le mouvement d'arrivée en force de liquidités sur les places boursières européennes ne fait que commencer. Il s'explique par les anticipations de reprise de la croissance dans la zone euro, alors que l'activité bat son plein aux États-Unis. Les investisseurs internationaux voient surtout approcher avec délectation la mise en place du plan de relance de la Banque centrale européenne qui s'apprête à déverser 60 milliards d'euros par mois sur le marché. Leur raisonnement est simple : puisque le plan d'assouplissement de la Réserve fédérale des États-Unis a permis au Dow Jones de doubler depuis le début de 2009, il n'y a pas de raison que ce ne soit pas le cas de ce côté-ci de l'Atlantique.

Les détenteurs de capitaux anglo-saxons, qui sont à l'origine de l'essentiel des flux de liquidités sur les marchés mondiaux, se sont aussi rendus compte que la baisse de l'euro par rapport au dollar leur permet d'entrer sur le marché européen dans d'excellentes conditions. À titre d'exemple, alors que les indices américains sont au plus haut, le CAC 40 exprimé en dollars est en baisse de 10 % sur un an. En achetant aujourd'hui, les détenteurs de dollars peuvent espérer profiter de la remontée des valeurs européennes et du redressement de l'euro avec la reprise de l'activité sur le Vieux Continent.

Cette arrivée brutale d'argent frais sur les actions européennes ne suffira pas à assurer une hausse durable des cours, mais elle constitue un important élément de la dynamique de marché. Si la garantie de taux d'intérêt durablement faibles, la baisse de l'euro et la faiblesse des prix du pétrole nous permettent de repartir, toutes les conditions d'un début de rattrapage par rapport à Wall Street pourraient se trouver enfin réunies.
 
Roland Laskine , Directeur de la rédaction
 
Achevé de rédiger le 18 février 2015
 

 
LA LETTRE DES PLACEMENTS

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie