La lettre des placements - édito de novembre 2014
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
L'édito de Roland Laskine - Que signifie la baisse de l’once d’or ?
La lettre des placements - édito de novembre 2014
 
L'once d'or est tombée cette semaine à environ 1140$, son plus bas niveau depuis mars 2010. La baisse s'est accélérée dès mercredi dernier, le jour où la Fed a officialisé la fin de sa politique monétaire très accommodante et laissé entendre qu'elle pourrait remonter ses taux plus rapidement que prévu. Ce discours a aussitôt fait monter le billet vert, car les investisseurs ont compris qu'ils allaient bientôt pouvoir bénéficier d'une rémunération plus attrayante qu'auparavant de leurs placements libellés en dollars. Les détenteurs de capitaux les plus actifs se sont donc détournés de l'or, qui ne rapporte rien par définition, pour revenir sur des actifs financiers plus classiques comme les obligations, par exemple.

Cet abandon de la mère des placements refuge a été d'autant plus aisé que les anticipations inflationnistes sont durablement faibles et que les risques d'éclatement de la zone euro ont disparu, en dépit de la persistance des tensions entre les pays membres. Le monde est loin de vivre en parfaite harmonie, mais l'impression qui domine est celle d'un apaisement des risques géopolitiques.

De manière presque mécanique, la hausse du dollar a enfin eu pour effet de faire baisser le prix de toutes les matières premières qui sont libellées en dollars. L'or n'est pas épargné, au même titre que le pétrole qui a lui aussi décroché cette semaine.

Le repli du métal précieux n'a a priori rien de réjouissant, car elle est synonyme de faible croissance, voire de récession en Europe. À y regarder de plus près, nous pensons que cette baisse est au contraire un signal positif, car elle marque un recul de la peur du risque dans le monde. Le départ des investisseurs des placements les plus défensifs signifie qu'ils sont prêts à revenir sur des actifs plus dynamiques, comme les actions.

Des investissements plus risqués, mais aussi plus rémunérateurs et surtout plus prometteurs en terme de plus-values. Ce n'est donc pas un hasard si la chute de l'or correspond au retour cette semaine des valeurs américaines à leur plus haut historique à Wall Street. Nous conservons les positions prises sur l'or dans le Portefeuille à titre d'assurance, mais elles ne représentent que 4,5 % de son montant total du Portefeuille. C'est aujourd'hui la place maximale qu'il convient d'y consacrer.
 
Roland Laskine , Directeur de la rédaction
 
Achevé de rédiger le 5 novembre 2014

LA LETTRE DES PLACEMENTS
 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie