La lettre des placements - édito de février 2014
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
L'édito de Roland Laskine : Les actionnaires de Peugeot sont lessivés !
La lettre des placements - édito de février 2014
Il ne s’est pas passé trois semaines depuis notre cri d’alarme contre la décision absurde du gouvernement d’exclure les droits préférentiels de souscription (DPS) et les bons de souscription d’actions (BSA) des PEA. De deux choses l’une, écrivions nous le 7 février : soit les gouvernements ne connaissent rien aux mécanismes boursiers, soit ils se moquent des investisseurs individuels. Visiblement ce sont les deux !

Les conditions de l'augmentation de capital de Peugeot montrent l'absurdité de la situation dans laquelle le législateur place les détenteurs de PEA. N'ayant pas la possibilité de disposer de leurs prérogatives d'actionnaire, ils vont être fortement dilués au sein du capital.

 

Rappelons que la levée de fonds de Peugeot comporte trois volets : le premier, d'un montant de 1,05Md€, sera souscrit à parts égales à 7,50€ par action, par Dongfeng et l'État français. Simultanément, une augmentation de capital ouverte à tous d'un montant de 1,95Md€ sera lancée au même prix, avec maintien du droit préférentiel de souscription. Il sera enfin procédé à une attribution gratuite de bons de souscription d'actions à raison d'un bon par titre détenu. Leur maturité sera de trois ans, avec une possibilité d'exercice à compter de la deuxième année.

 

La Bourse apprécie cette opération puisque le titre est en hausse de 30 % depuis le début de 2014. Peugeot sera doté de fonds propres solides et l'accord avec le constructeur Dongfeng lui ouvre grandes les portes du marché chinois.

 

Pour les particuliers qui gèrent leur portefeuille à partir d'un PEA, c'est une autre paire de manches : ils vont être lessivés par cet appel de fonds qui se fera à 7,50€ par action, avec une décote de plus de 40 % par rapport au cours de Bourse. Les détenteurs pourraient être contraints de vendre leur DPS et leur BSA dès leur attribution. Cette vente représenterait une entrée d'argent, mais les condamnerait aussi à être marginalisés au sein du capital.

 

Le fait que nous ayons conseillé de vendre Peugeot dès l'an dernier ne nous rassure en rien. Les incessantes tracasseries administratives et fiscales dont l'investissement boursier fait l'objet deviennent préoccupantes. Tout se passe comme si participer au financement de l'économie et de la croissance était aujourd'hui un délit dans notre pays !

 

 

 Roland Laskine  - Directeur de la Rédaction

 

 

Achevé de rédigé en février 2014

 

LA LETTRE DES PLACEMENTS


 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie