Les Prévisions des professionnels de marchés - février 2014
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Grand angle : la vision des professionnels.
Les Prévisions des professionnels de marchés - février 2014
Quelles sont les prévisions de marchés des analystes professionnels au nous avons sélectionné pour vous ?
« Les meilleurs thèmes d'investissement pour 2014 » Daniel Fermon, Stratégiste, Société Générale.
PHOTO DANIEL FERMON

Records historiques en 2013 pour les principaux indices boursiers américains avec le S&P 500 au dessus de 1 800 points, très bonne performance des indices européens et performances mitigées sur les marchés émergents, tels sont les résultats des marchés financiers en 2013.
 
Au niveau économique, la crise des subprimes (forme de crédit hypothécaire) aux États-Unis qui a commencé en 2007/2008 s'est finalement terminée en 2013. La reprise de l'économie américaine a surpris par sa vigueur tout au long de l'année 2013. Les craintes liées aux différends entre républicains et démocrates en octobre dernier n'ont eu aucun impact économique significatif. Et tous les indicateurs sont passés au vert avec une reprise immobilière limitée mais bien réelle, une baisse du chômage en dessous de 7 % et une confiance des consommateurs américains au plus haut depuis 2007.
 
Ces éléments qui confirment la solidité de l'économie américaine expliquent la décision de la Réserve Fédérale américaine prise en décembre dernier de réduire graduellement son soutien à l'économie (diminution des injections de liquidité de la banque centrale des États-Unis, FED).
 
En ce qui concerne la Zone Euro, l'engagement des états européens s'est affirmé et les contours d'une union bancaire se précisent. En 2013, les états les plus touchés par la crise (Grèce, Irlande, Espagne et Portugal) ont réaffirmé leur attachement à l'Euro malgré les sacrifices que ces pays ont dû consentir pour améliorer leur compétitivité (baisse des coûts salariaux dans le secteur privé, réforme de l'État). Aujourd'hui, nous voyons que le différentiel de taux long entre l'Allemagne et les pays d'Europe du sud est revenu à un niveau d'avant la crise de la Zone Euro.

Dans ce contexte, l'année 2014 s'annonce plus favorable sur le plan économique avec une reprise qui devrait se confirmer aux États-Unis et une légère amélioration de la conjoncture en Zone Euro, les pays d'Europe du Sud sortant progressivement de la récession.

Dès lors, après les bonnes performances des marchés actions en 2013, est-il encore temps de se positionner sur les actifs risqués et notamment sur les actions?
 
Les ratios de valorisation sont aujourd'hui élevés mais nous restons positifs pour ce début d'année. Cependant, il faudra surveiller avec attention les discours et actions de la nouvelle présidente de la FED Janet Yellen afin de déceler toute inflexion dans la politique monétaire. En effet, amplement commenté depuis mai dernier par les économistes de marchés, le changement de la politique de la Réserve Fédérale américaine avec l'arrêt programmé pour 2014 d'injections de liquidité dans l'économie peut être analysé comme un risque pour les marchés financiers.
 
 
Pour lire la suite dans Performances Magazine n°33 page 6, cliquez ici : https://www.sgbourse.fr/newsletters/performancesmagazine
 
 

La dérive des émergents : Olivier Passet - Directeur des synthèses économiques de Xerfi - 12/02/2014

Chute du peso argentin, attaques contre les devises Sud-africaine, turque, brésilienne, russe, indonésienne chilienne et autres. Les pays émergents sont entrés dans une zone de turbulence réelle et financière.  Ralentissement de la croissance,  inflation, hausse des taux, montée des déficits, chute des bourses accélérée depuis le début de l'année, retrait massif des investisseurs et notamment des fonds d'action. Le spectre de la contagion et d'un effondrement par jeu de domino se précise.
 
Les causes on les connait et nous les avons maintes fois soulignées au fil de nos vidéos. La croissance change de camp. Entre des économies qui n'ont pas su développer des moteurs autonomes de développement, le recentrage puis l'accélération de l'économie américaine et enfin le reflux des interventions massives  de la FED, le décor est planté. Et il annonce pour nombre d'observateurs un nouvel acte de crise systémique. Le scénario est pré-écrit. Hausse des taux américains, fragilisation des États ou des pays surendettés, parmi les pays émergents et Européens. La reprise semble inexorablement rattrapée et fragilisée par les désordres de la finance...
 
 
Consultez le site de XERFI TV en cliquant ici
Consultez le blog d'Olivier Passet en cliquant ici
 
 

« Panorama fiscal 2014 : des raisons d'espérer avec l'Europe ? » La Banque Neuflize OBC - 10/02/2014
 
Trois experts de la Banque Neuflize OBC présentent les perspectives d'investissement de la Banque pour l'année 2014. Vous pouvez visualiser ce film dans son intégralité ou bien par chapitre.
 
 BANQUE NEUFLIZE
 
 Voir la vidéo en cliquant ici
 
 

"Edouard Carmignac : Euro, France, émergents : le diagnostic de Carmignac" - Les Echos 17/02/2014 - interview d'Edouard Carmignac (Président-directeur général de Carmignac Gestion)
 
 EDOUARD CARMIGNAC
 
La croissance reste assez molle en Europe, qui doit aussi faire face à un risque de déflation. Comment analysez-vous la situation ?
L'Europe est face à une menace sérieuse : comment peut-elle alléger le fardeau des dettes, sans inflation ni croissance ? Les taux réels remontent et accroissent donc le poids du remboursement de la dette. La grande question, c'est de savoir comment on va relancer l'activité dans ce contexte.
 
Vous aimeriez que la BCE en fasse davantage ?
Elle a déjà fait beaucoup et le bilan de Mario Draghi est bon. Mais il faut maintenant faire plus, effectivement. Même si beaucoup de pays ont accompli des réformes, il manque un levier pour relancer l'activité, le crédit et l'investissement, en particulier en Europe du Sud. La BCE constate qu'il y a une fragmentation de la zone euro et que les entreprises ont un faible accès au crédit. D'où son idée d'acquérir des portefeuilles de créances. Mais les instruments n'existent pas encore. Je pense que le plus simple est de peser sur le taux de change. Cela peut se faire en arrêtant de stériliser les opérations d'injection de liquidités ou en abaissant le taux directeur en territoire négatif. Le niveau de l'euro est un handicap pour les pays du Sud. En tenant compte des coûts salariaux moyens de la zone euro, la monnaie unique devrait s'échanger entre 1,10 et 1,20 dollar. Il y a au moins 10 % de gain de compétitivité par le change à susciter.

La France accuse l'euro fort d'annihiler ses efforts de compétitivité. Mais les réformes françaises vous paraissent-elles à la hauteur ?
Il y a un problème de lisibilité et de crédibilité des réformes qui sont menées. L'administration actuelle nous dit : on va baisser les charges des entreprises et essayer de réduire la dépense publique. Très bien, mais j'attends de voir ce qui va se passer concrètement. Car sa marge de manoeuvre est vraiment ténue pour relancer la confiance dans ce pays.

Que faudrait-il pour la relancer  ?
Il reste trois ans à cette présidence. Il faudrait que François Hollande prenne un engagement sur trois ans. Qu'il dise précisément ce qu'il va faire, avec des objectifs chiffrés, année par année, en pourcentage et en montant, sur les dépenses de l'Etat d'abord, et pas seulement en tendance sur les déficits. Qu'il indique également à quel pourcentage il compte ramener le taux marginal de l'impôt sur le revenu et le taux de l'impôt sur les sociétés, année par année. Tout le monde, et le gouvernement compris, sait aujourd'hui que le système français doit évoluer. Et qu'il ne se contente pas de paroles. Voilà ce que les entreprises et les ménages veulent vraiment : un cap, un plan d'action précis, des mesures tangibles dans la durée. Notre drame aujourd'hui, c'est que les ménages ne consomment plus parce qu'ils ne savent pas de combien ils seront ponctionnés l'année prochaine. On promet de stabiliser la pression fiscale et on apprend un mois après que la CSG pourrait ne plus être déductible. Voilà qu'on nous invente un impôt sur l'impôt ! Ce n'est pas tenable.
 
Dans la finance, Paris a beaucoup perdu en compétitivité. Carmignac s'est récemment renforcé au Luxembourg, où vous avez créé une société de gestion. Cet exode est-il inéluctable  ?
Nous y sommes présents depuis dix ans. Nous avons exporté nos fonds dans tous les pays européens grâce à notre plate-forme de distribution au Luxembourg. La France ne représente désormais que 20 % de notre clientèle. Nous sommes une société internationale tant par sa clientèle que par ses investissements et ses équipes. Aujourd'hui, il faut recruter les talents là où ils se trouvent. Et nous avons de vraies difficultés à recruter des talents à Paris. Si on veut faire venir un bon gérant avec une spécificité marchés émergents ou matières premières, on le trouve plus facilement à Londres qu'ailleurs. Jusqu'ici, on était arrivé à les recruter, mais quand vous leur dites qu'ils vont maintenant payer à Paris un taux d'imposition du double de celui qu'ils paient déjà, cela devient compliqué… L'exode des talents est beaucoup plus important qu'on ne le croit en France, et la perte d'emploi plus conséquente pour le pays. Nos gouvernants ne devraient pas oublier que pour un cadre clef qui s'expatrie, c'est en moyenne 10 emplois de soutien perdus.
 
 

 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACPR ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités BANQUE DE FRANCE CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE Grands Prix HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 NON COTE OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie