Les Prévisions des professionnels de marchés - Octobre 2013
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Grand angle : la vision des professionnels.
Les Prévisions des professionnels de marchés - Octobre 2013
Ce mois-ci, nous avons sélectionné pour vous des analyses d'analyses professionnels en majorité indépendant afin de vous permettre de décrypter les mouvements de marchés et de mieux les comprendre.
Point trimestriel CamGestion avec Philippe Forni
 
Philippe Forni, directeur général de CamGestion (BNP Paribas) revient sur les temps forts de la rentrée et livre ses anticipations pour les mois à venir sur les différentes classes d'actifs. A suivre en images avec Isaure du Fretay sur Patrimoine TV KNEIP.
 

Point trimestriel CamGestion avec Philippe Forni from PATRIMOINE TV KNEIP on Vimeo.

 
Voir la vidéo en cliquant ici
 

Les idées d'investissement les plus recherchées en septembre Morningstar
 

Dans des marchés en hausse, quelles pistes d'investissement ont été les plus explorées par les investisseurs en septembre ?

 

Le mouvement de rotation vers les actifs risqués s'est poursuivi en septembre, amplifié par la décision de la Fed de ne pas réduire tout de suite ses achats d'actifs. Sur le mois, l'indice MSCI World gagne 4,8% avec des performances contrastées entre l'Europe (+4,4%), les Etats-Unis (+3%), le Japon (+9,3%) ou les émergents (+6,2%).

 

La décision de la Fed a provoqué une chute du rendement des obligations souveraines (le rendement du 10 ans américain a reculé à 2,64%), un repli des matières premières (-3,8% pour l'indice S&P GSCI) et un recul du dollar par rapport à l'euro. Dans le même temps, les indices de volatilité, comme le VIX, ont également cédé du terrain.


Lire l'article de Jocelyn Jovene en cliquant ici

 

 « Faut-il structurer son portefeuille par pays, par secteur ou par valeur » par Gilles Bazy-Sire du Cercle des analystes indépendants
 
photo gilles blazy sire
 

Les Asset-Managers et les chercheurs en finance cherchent régulièrement à apprécier lequel des facteurs importe le plus pour structurer un portefeuille : secteur, pays, ou titres individuels ?

 

Les partisans de la prépondérance sectorielle avancent les arguments de la globalisation des échanges et des modes de vie, l'internationalisation des entreprises, et la convergence des politiques économiques.


Les défenseurs de la prépondérance pays, de leur côté, pointent du doigt les performances contrastées de certains pays européens pendant la crise de l'euro, ou les performances opposées du Japon et du Brésil ou l'Afrique du Sud en 2013.


Le tableau ci-après illustre que, en général, le secteur d'une valeur représente un facteur explicatif plus important que son pays d'origine, en particulier pour les marchés développés et les grandes capitalisations. Mais on peut également noter que pour le Japon ou les pays émergents, le facteur pays importe également beaucoup.      

correlation
 
Lire la suite en cliquant ici
 

Économie : Interview Véronique Riches-Flores Economiste par labourseetlavie.com le 6 octobre 2013
 

La Réserve Fédérale américaine a surpris les investisseurs en ne commençant pas à retirer ses liquidités, quelle signification sur l'état de l'économie des Etats-Unis ?

 

L'action de la FED serait-elle inefficace ? Elle semble coinçée avec les premières montées de taux aux USA. Bref un sujet essentiel, une "économie encore très fragile" selon notre invitée, "un long moment encore de soutien indispensable" nous dit Véronique Riches-Flores économiste RichesFlores Research.

 

photo de véronique riche flores
 
Voir la vidéo en cliquant ici
 

"Les crises apportent des opportunités d'investissement" interview d'H. Beuzelin par Pierrick FAY - Les Echos 04/10/2013
photo de H. Beuzelin

BDL Rempart Europe est un fonds long/short investi dans les actions européennes… En quelques mots, qu'est-ce qu'un fonds long/short ?
C'est un fonds qui mêle investissement dans des entreprises (poche longue) et vente à découvert sur d'autres actions (poche short). La partie longue correspond à nos idées d'investissement à la hausse, quand on pense que certaines actions sont sous-valorisées par rapport à leurs fondamentaux et à la qualité intrinsèque de leur business. Pour que l'on investisse, il faut qu'il y ait, selon notre analyse, un potentiel de hausse de 30 %. Cela ne veut pas dire que l'on va aller chercher les 30 % de hausse, mais c'est pour se donner la marge de sécurité à partir du moment où l'on déclenche l'investissement. Nous sommes toujours très disciplinés sur le prix. Un bon investissement, c'est un « bon » business au bon prix. Tout le monde sait que L'Oréal ou Essilor sont d'excellents business, mais si le prix n'est pas bon, ce n'est pas un bon investissement.

 

Les shorts, c'est lorsque l'on pense que le marché se trompe complétement sur les perspectives d'une valeur. Idéalement, ce que l'on préfère ce sont les entreprises ayant des problèmes structurels d'obsolescence de leurs produits, les entreprises qui ont des problèmes sur la structure de leur capital, généralement trop de dettes, et enfin les entreprises complétement survalorisées, lorsque les investisseurs surestiment complétement le potentiel de profit. Les shorts, c'est ce qu'il y a de plus difficile à trouver. On le voit sur notre historique de performance. Sur les shorts, nous avons eu des années plus ou moins fructueuses mais nous avons systématiquement surperformé l'indice Stoxx Europe 600, dividendes réinvestis, depuis la création du fonds en 2005 sur nos longs.

 
Pourquoi dans ces conditions proposer un fonds long/short ?
Parce qu'associés et collaborateurs de BDL Capital Management ont une part importante de leur patrimoine investie dans le fonds. Nous souhaitions investir notre patrimoine dans un fonds qui ne soit pas seulement dépendant de la hausse de la bourse et choisir un véhicule d'investissement, comme dans une voiture, avec un accélérateur (la hausse) et un frein (le short). Dans un fonds classique, comme notre fonds BDL Convictions (qui a l'intérêt d'être éligible au PEA et qui réplique les investissements « long » de BDL Rempart Europe), il y a un risque actions directionnel.

BDL Rempart Europe est un produit qui a un avantage pour les investisseurs par rapport aux hedge-funds anglo-saxons puisque sa liquidité est hebdomadaire. C'est en revanche plus contraignant pour le gérant.

 

Il faut comprendre que les actions sont des actifs chronophages. Pour une entreprise comme la nôtre, non adossée à des groupes financiers, l'actif principal, c'est la confiance des investisseurs. Pour cela, il faut que l'on protège notre actif numéro 2 : la qualité de l'équipe. Nous avons toujours choisi de renforcer notre équipe d'analystes et notre infrastructure. Car avoir beaucoup d'analystes permet d'avoir une profondeur d'investigation. Cela permet de sectoriser les analystes pour avoir le temps de fouiller les dossiers. Nous leur demandons de se mettre dans la peau du patron de l'entreprise dans laquelle ils veulent investir, définir quels sont les enjeux, l'avenir de ces entreprises. On travaille tellement sur chaque entreprise que quand on a un « long » et que sa valorisation est devenue excessive, on vend toujours à regret. Il y a un regard négatif sur le short, qui consiste à ‘parier contre une entreprise'. Nous avons une approche presque darwinienne, nous allouons le capital aux bons modèles et nous l'enlevons aux entreprises ou aux managements qui, selon nous, ne le méritent pas.

 
C'est un fonds fait pour résister à la crise ?
En théorie oui, mais en pratique, si l'on ne sélectionne pas les bonnes entreprises… Cela dépend de la qualité de notre équipe à trouver des actions qui vont monter et d'autres qui vont baisser. Depuis la création du fonds en 2005, sur les 16 phases de baisse du marché (de plus de 5 %), BDL Rempart a amorti en moyenne 87 % de la baisse. Mais si l'on se trompe sur l'investissement, cela ne marche pas. Notre historique est suffisamment long pour mesurer notre capacité à résister.
 
Lire la suite en cliquant ici
 

Podcast n°7 d'AXA France, Conseils : Comment épargner en temps de crise ?

Publiée le 9 sept. 2013

 

Il existe différents types d'épargne selon son "profil" et son objectif : épargne de précaution en cas de coup dur, épargne pour la retraite, épargne. Le tout est de diversifier ! Des conseils à retrouver dans le guide pratique de l'épargne en temps de crise en ligne sur le site axabanque.fr

 

 
 
Ecouter le podcast en cliquant ici.

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie