Présentation du 7ème PROFIL FINANCIER DU CAC 40
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Les entreprises ont accéléré la dépréciation de leurs actifs en 2012, signe d’un manque de confiance dans la reprise économique
Présentation du 7ème PROFIL FINANCIER DU CAC 40
Paris, le 27 juin 2013 – Ricol Lasteyrie publie pour la septième année consécutive le Profil Financier du CAC 40, fondé sur l’analyse des états financiers 2012 publiés au printemps 2013. L’un des objectifs était de vérifier si, après un exercice 2011 relativement bon en termes de résultats, les entreprises du CAC 40 avaient poursuivi sur leur lancée. Or, il apparaît, au contraire, que presque tous les indicateurs de performance sont orientés à la baisse en 2012 : résultat net, résultat opérationnel, rendement des capitaux propres...
La dégradation de l'environnement économique a conduit les entreprises du CAC 40 à déprécier pour 17 milliards d'euros d'actifs, un record depuis la création du Profil Financier du CAC 40. Les acteurs économiques prennent acte du caractère durable du ralentissement économique.
 

Principales conclusions

La rentabilité des entreprises s'est fortement détériorée en 2012. Hormis le chiffre d'affaires qui affiche une légère progression (en périmètre pro-forma), les autres indicateurs d'activité sont en baisse : les bénéfices chutent de 28 %, la marge opérationnelle revient à 8,2 %, un niveau proche de son plus bas de 2009, le rendement des capitaux propres est tombé à 6,5 % pour l'indice CAC 40, et même à 2,7 % dans le secteur Banques et Assurances.

Les dépréciations d'actifs ont atteint un niveau record ce qui souligne la perception du caractère durable du ralentissement économique. Les entreprises du CAC 40 ont déprécié pour 16,8 milliards d'actifs en 2012, un record depuis la création de cette étude. Depuis deux ans, le montant d'actifs dépréciés s'élève à 30 milliards d'euros. Alors que les entreprises avaient relativement peu déprécié leurs actifs au plus fort de la crise économique en 2009, cet accroissement témoigne d'un changement de perspective. Face à la faiblesse durable de l'activité économique, nombre d'entreprises reconnaissent désormais que certains volets de leurs plans d'affaires doivent être revus à la baisse. Les goodwills constituent le premier poste (72 %) concerné par les dépréciations.

Le CAC 40 poursuit son internationalisation. Les sociétés de l'indice ont réalisé 30 % de leur chiffre d'affaires en France en 2012 contre 31 % en 2011. La part du chiffre d'affaires réalisée en Europe est stable à 62%.
 
 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACPR ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités BANQUE DE FRANCE CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie