Le Salon de l'Analyse Technique fait des petits Salon du Trading Salon du Forex
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Interview d’André Malpel, Analyste Technique professionnel, Professeur à l'Université Paris-Dauphine, Trader sur les Futures et fondateur du Salon de l’Analyse Technique.
Le Salon de l'Analyse Technique fait des petits
André Malpel, Analyste technique professionnel, Professeur à l'Université Paris-Dauphine et Trader sur les futures a fondé le Salon de l’analyse technique dont la 14ème édition annuelle se déroulera à l’Espace Pierre Cardin les 22 et 23 mars 2013.
photo ANDRE MALPEL

 

  
Intervenant depuis près de trente ans sur les marchés boursiers (avec Meeschaert-Roussel sur le MATIF entre 1987 et 1993), André Malpel s'est rapidement passionné pour l'Analyse Technique, en réussissant à développer un certain nombre de méthodes lui permettant d'améliorer sensiblement le taux de réussite de ses prises de positions.

 

Ses conseils stratégiques étant par ailleurs très appréciés de ses clients institutionnels (via la société LIST crée depuis 1996), c'est après avoir animé en parallèle, un certain nombre de séminaires pour FIMATEX (entre 1996 et 2002 - ancien nom de Boursorama) afin d'expliquer et d'enseigner les techniques et méthodes qu'il employait au quotidien, qu'il a alors créé plusieurs salons pédagogiques, grandes messes éducatives,  afin de permettre au grand public de mieux comprendre ces nouvelles méthodes, sans rien avoir à dépenser pour autant puisque l'entrée est gratuite !

 

 

1.    En 2000 vous avez créé le Salon de l'analyse technique, en 2005 vous lanciez le salon du trading et  vous inaugurez aujourd'hui un nouveau salon friday-FOREX, pourquoi ?

Il est vraiment utile de rappeler combien l'analyse technique était décriée avant les années 2000. Peu de monde y portait vraiment d'attention, ou la prenait en considération. Dans ce cadre permettre au grand public de connaitre ces méthodes, et de lui montrer clairement le sérieux de celles-ci, fut la raison principale de la création de cette manifestation. Pour convaincre petits porteurs et professionnels de l'intérêt de l'AT, il était plus que nécessaire de mettre sur pied un évènement gratuit, non-commercial, avec un vrai contenu pédagogique et éducatif.

L'idée était d'offrir au grand public, sans rien avoir à payer, la possibilité de rencontrer les plus grands spécialistes Français et Internationaux, venir leur présenter leurs techniques et méthodes, durant de grandes conférences, sorte de cours magistraux offert aux visiteurs. Cet objectif paraissait irréalisable à l'époque, car en Europe rien d'autre de la sorte n'existait (ni en France, ni en Angleterre, ni en Allemagne, ni en Italie). On peut dire que sur ce plan, nous avons réussi, en faisant venir de très grands noms de l'Analyse Technique (John Bollinger, Bob Prechter, Steve Nison ...) qui ne se seraient certainement jamais déplacés en France, sans notre invitation, et dont les séminaires étaient proposés au tarif de 1 000 à 3 000 € la journée.

 

Afin de poursuivre dans cette voie, et suite au succès rencontré immédiatement auprès du public, nous avons créé en 2005, le Salon du trading. Sachant en effet depuis longtemps, en tant que professionnel des marchés, que Trading et Analyse technique, bien que se mariant parfaitement, constituaient en réalité 2 domaines d'activité à part entière, nous avons donc décidé, de créer ce second et nouvel événement à Paris.

Complément logique de l'AT, le trading possède en effet ses propres règles, ses propres méthodes qui n'ont rien avoir avec l'analyse technique. Le trading comme "Art d'exécution" doit également s'apprendre, et la mise en musique des scénarii nés de l'Analyse Technique, méritait la création d'un Salon. Dans ce cadre, nous avons alors mis en place toute une série de conférences, ateliers, animations divers, dont la plus connues est certainement notre compétition de Duels de Trading, permettant au public, de voir s'affronter en direct devant eux, en temps réel et argent réel (chacun risquant 50 000 "vrais" € de leurs capitaux) 16 traders professionnels de différentes nations : français, anglais, américains, marocains, allemands, italiens, grecs, hongrois, suisse … De quoi permettre aux visiteurs de vivre en direct et durant une journée, les mêmes réussites, difficultés ou échecs que rencontrent les traders chaque jour sur les marchés.

 

Analyse technique + trading : En un peu plus d' une décennie, nous avions déjà bien fait avancer les choses dans la connaissance et la reconnaissance de ces deux domaines d'activité.  Toutefois, et bien que le panorama ait radicalement changé en quelques années, il restait encore un sujet très peu exploré jusqu'ici : le Forex, dont le développement fulgurant auprès des particuliers à partir de 2005 environs, demandait également lui aussi, la création d'une manifestation à caractère pédagogique. Bien évidemment, il ne s'agissait pas là d'une n-ième redite de ce qui existe déjà, mais bien d'un évènement à part entière, dédié aux Forex uniquement, mais sous toutes ses formes : Cash, Futures, CFDs, Warrants, Certificats, Trackers …. Via de l'analyse technique, du trading, mais aussi au travers d'analyses fondamentales et économiques des paires de devises, et enfin également, d'un point de vue méthodologie pour apprendre à nos visiteurs comment aborder dans de meilleures conditions, et le moins risqué possible, ce marché hyper-spéculatif.

 

 

Que trouveront-les visiteurs sur Chacun de ces salons ?
L'objet de chacun de nos salons est avant tout pédagogique : comprendre et apprendre, sont les maîtres mots. C'est en cela qu'on peut dire que ce ne sont pas des salons "commerciaux" au sens propre du terme. Les sociétés exposantes sont là en tant que sponsors de la manifestation, et les conférences reposent sur un vrai contenu, que vous soyez ou non client de telle ou telle société. C'est le gros avantage de ces salons, tel que certains de nos visiteurs nous l'ont confié. Le terme de "salon" est d'ailleurs mal approprié, car il s'agit plutôt d'Universités dont on repart avec de nouvelles connaissances et techniques, vous permettant d'optimiser vos interventions boursières. Il faut donc, aux différentes méthode proposées par l'AT, associer toute une série de règles, dites règles de trading, qui permettront à l'intervenant d'optimiser sa prise de position.


A qui s'adressent ces différents salons, aux actionnaires individuels ou plutôt aux days-traders ?

Très précisément aux traders et investisseurs actifs. Professionnels et particuliers. C'est à dire très exactement ceux qui malgré les différentes crises depuis mars 2000 (chute des Marchés entre 2000 et 2003, chute entre 2007 et 2009, stagnation sous les 4000 depuis 2011) sont parvenus à se maintenir en bourse, à limiter leur pertes, et même pour certains d'entre eux, à engranger quelques plus-values grâce aux conseils avisés glanés sur nos salons !

Il suffit de demander à certains d'entre eux, qui ne ratent aucune de nos éditions, maintenant 3 fois par an, et qui pourtant viennent d'un peu partout en France.


Pensez-vous qu'à l'heure du tout internet, les investisseurs se déplacent encore sur des salons et qu'y cherchent-ils ?

Votre question est tout à fait pertinente. Il devient en effet de plus en plus difficile de demander au public de se déplacer pour visiter un salon, basé seulement sur l'équivalent "d'une galerie marchande". Cela nous paraissait déjà évident en mars 2000, mais c'est encore plus vrai depuis lors, avec le développement tout-puissant d'internet. En revanche, les visiteurs font toujours l'effort de se déplacer en grand nombre, si vous leur offrez une réelle contrepartie à leur présence. Certains salons leur proposent toute sorte de cadeaux. Pourquoi pas !

Dans notre cas, nous leur offrons de vraies conférences de qualité, sorte de mini-séminaires, avec un vrai contenu, animées par quelques-uns des meilleurs spécialistes mondiaux. C'est d'abord cela qu'ils viennent chercher sur nos évènements.

Une fois qu'ils sont sur place, ils auront alors l'occasion de noter combien nos exposants-sponsors sont actifs en la matière, et leur proposent les produits et offres de services les mieux adaptées à l'univers des traders et investisseurs actifs. Il devient ainsi plus aisé pour nos visiteurs, en liaison avec les méthodes qu'ils viennent d'apprendre durant nos conférences/formations, d'étudier avec les courtiers présents, comment mettre telle ou telle stratégie en œuvre, voir avec eux quels sont les outils qu'ils proposent pour y arriver, ainsi également de noter tous les services complémentaires qu'ils leur permettront de mieux réussir en utilisant telle technique. L'un et l'autre se complètent alors parfaitement.

 


Pensez-vous que la conjoncture actuelle soit favorable au trading ?

Je dirais plutôt qu'elle est favorable, non pas au Day-trading, mais plutôt au trading et à l'investissement actif. Avec les yoyos répétés de la bourse depuis 2000, et l'absence de tendance longue au-delà de 3 à 4 ans, l'investisseurs de type "bon père de famille" (intervenant en moyenne 3 à 5 fois par an sur les marchés) n'a en effet, pour les plus chanceux d'entre eux, rien gagné en plus de 10 ans, sinon de s'être fait de grosses frayeurs, …. Et pour beaucoup d'autres, d'avoir malheureusement été "rincés", laminés, en étant entrés sur les marchés au plus haut, durant les périodes les plus euphoriques ! Il n'y a qu'à voir, la dégringolade du nombre de petits porteurs, dont 2 millions d'entre eux ont disparu du circuit, soit parce qu'ils avaient tout perdu, soit parce qu'ils ont préféré d'autres type d'investissement patrimonial, tel que l'immobilier.

Les autres, ceux encore en course, ont pour un très grand nombre, choisi d'adopter un comportement plus dynamique, plus réactif. Ayant noté que plusieurs de leurs connaissances avaient mieux réussi, en suivant des règles d'entrée et de sortie des marchés beaucoup plus rapides, ils ont donc changé de fusil d'épaule. Ils ont ainsi opté pour une attitude plus vive et énergique, très proche du trading. Ils ont entre autre compris que la vente à découvert via le SRD et les produits leur permettant de jouer la baisse, faisait également partie de leur attirail. Ce qui doit-on le préciser, ouvre un plus grand nombre de perspectives.

 

 

Constatez-vous une augmentation du nombre de day traders ces dernières années ?

Pour être précis, on notera surtout une augmentation "relative" des traders et/ou Investisseurs actifs. Le Day-trading est un sport très sélectif, uniquement réservé à l'élite. En réalité les day-traders, ou soi-disant tels, prolifèrent lorsque les marchés progressent. Ce ne sont pas vraiment des day-traders, car ils ne se positionnent souvent et uniquement qu'à la hausse. Il ne coupent pas leurs positions en fin de journée, lorsque celles-ci sont perdantes ! Ils imaginent opérer comme des day-traders, mais dès que les marchés se retournent à la baisse, perdent rapidement leur chemise, et disparaissent.
En revanche, si on parle des investisseurs actifs et sereins, qui interviennent 4 à 5 fois dans la semaine, agissent plus promptement, utilisent l'Analyse Technique pour se positionner ou couper leurs positions …. Alors dans ce cas, on constate effectivement qu'ils sont en augmentation assez nette, en tout cas de manière relative, vis-à-vis de l'ensemble de la communauté des intervenants boursiers.

 

 

On constate l'apparition de nombreux cours de coaching individuel, qu'en pensez-vous ?

Le terme de "coaching" est un terme très à la mode, très consensuel. Il ne faut donc pas trop s'y arrêter. Si en revanche, on veut parler de professeurs ou de formateurs expérimentés, alors dans ce cas vous avez ma pleine approbation. On ne peut pas devenir médecin sans plusieurs années d'étude. On ne peut pas jouer au Tennis sans avoir pris un minimum de cours, ou s'être formé longuement en jouant contre un mur. En matière de Bourse c'est exactement pareil. Pourquoi voudriez-vous qu'il en soit autrement ? Vous devez être patient et d'abord vous former avant de vous lancer.

 

 

Que conseilleriez-vous à un particulier qui souhaite se former pour faire du trading, quel est selon vous le parcours initiatique à suivre ?

Après avoir suivi quelques cours et séminaires (Rappel : nos salons lui permettront évidemment de suivre plusieurs formations sans rien débourser), il commencera à intervenir sur les marchés, en paper-trading. Cela signifie sans risque, et de manière fictive durant au moins 1 an, avec des prises de positions tous les jours ou quasiment. Si les résultats sont positifs, il poursuivra alors en intervenant durant au moins deux ans sur les Actions, sans toutefois utiliser un effet de levier et sans VAD. Si les résultats sont négatifs en paper-trading, il est inutile de passer en réel, même avec des petits montants. J'ai souvent vu des gagnants sur le trading à blanc, échouer ensuite en réel (ce qui montre que la réussite en paper-trading, n'est pas une condition suffisante), en revanche, je n'ai jamais vu de perdant au Paper-trading, réussir ensuite en réel (la réussite en Paper-trading, est une condition nécessaire).
Durant cette période de 2 ans sur les actions et sans SRD, vous devez intervenir avec de très faibles montants. Même si le rapport (%) au courtage vous parait rédhibitoire, l'objectif ici, n'est pas de gagner, mais de NE PAS PERDRE ! A l'issue de ces 2 années en réel (+1 année en fictif), si vous êtes positif, vous entrez alors dans la partie des "expérimentations", en évitant de prendre trop de risque (toujours de très petits montants). Vous commencerez à vous tester sur de nouveaux marchés, et avec un peu plus de risque.

Si néanmoins, vous ne gagnez pas avec de très petites positions, n'imaginez surtout pas que vous gagnerez, ou réussirez à vous "refaire", avec de plus gros investissements. De même, si vous ne gagnez pas en prenant des positions par exemple en Swing-trading sur 2 à 3 jours, ne croyez pas un seul instant, que vous réussirez mieux en réduisant votre horizon d'intervention, à quelques heures, et fortiori à quelques minutes. Le risque augmente en effet de manière exponentielle en réduisant votre horizon, et le manque de temps vous fera basculer encore plus vite.     

 

Pensez-vous que le trading soit réservé à des passionnés ou un particulier peut-il l'exercer quasiment comme un métier pour compte propre ?

Je suis de ceux, qui considèrent que vous avez toutes les cartes en main, et êtes le seul à décider de votre avenir. Pour autant, il ne faut pas partir à la légère. Il ne faut pas se lancer sans se former, et ne rien décider ensuite sans l'avoir expérimenté durant une période assez importante (1 an).

Le trading, quel que soit le style choisi : Day-trading, Scalping, Swing-trading, Position-trading, Trend following-trading … est très difficile et périlleux. Il ne faut donc pas abandonner son job pour le trading, ou même imaginer un seul instant compenser une perte d'emploi en se mettant au trading. Vous allez aggraver les choses et le mieux qui puisse vous arriver, dans ce cas, serait de perdre rapidement toutes vos économies, afin de ne pas vous donner de faux espoirs, en vous amenant comme j'ai pu en voir certain, à emprunter pour prendre position sur les marchés. En dernier lieu, n'imaginez pas que la vie de trader soit idyllique. Je ne la conseille à personne. Même si vous êtes gagnant, vous passerez aussi par des périodes de pertes, et donc de doutes, voire de remise en cause. Croyez-moi, c'est vraiment très stressant et très difficile à vivre.  

 

 

Quels sont les outils de base dont doit s'équiper un particulier pour faire du trading (presse, logiciel, ouvrage, formation, plateforme de trading…) ?

Disposer d'abord un endroit au calme, sans stress ni pression d'aucune sorte. Bien évidemment vous devez ensuite avoir : un ordinateur performant, disposant d'une carte-écran pour au moins 4 moniteurs, ou configuré comme tel, avec bien sûr une connexion internet de qualité, si possible en fibres optiques, voire doublée par un second FAI (Fournisseur d'Accès Internet). C'est selon moi le minimum, auquel on associera des solutions de secours, comme : un ordinateur portable à disposition, juste à côté de soi, et une clé 3G, voire 4G, ainsi évidemment qu'au minimum 2 lignes de téléphone fixe, et au moins 1 téléphone portable.

 

Concernant les plateformes de trading : Plusieurs se font concurrence. Le choix est assez difficile. Cela dépend souvent d'un certain nombre de critères d'affinité et de sensibilités que chacun peut avoir, et avec lesquels il se sent plus ou moins en adéquation. A titre personnel, j'en utilise une en particulier, mais toutes disposent d'atouts non négligeables. Il serait vain et assez prétentieux de ma part de favoriser l'une d'entre elles. Cela dépend beaucoup de ce que vous voulez en faire. Celle proposée par votre courtier et gratuite, sera souvent très suffisante, en tout cas au cours des premières années.

 

Concernant les logiciels d'analyse technique, je vous ferai la même réponse, sauf qu'en la matière j'essaie personnellement depuis quelques années, de sortir un logiciel avec un tarif beaucoup moins élevé que ce qui est proposé habituellement, et qui me soit vraiment adapté, c'est-à-dire avec quelques solutions propriétaires : sur la manière de dessiner des supports/résistances, ou sur les vagues d'Elliott : Malpel-CHARTS. Ce soft malheureusement,  n'est toutefois pas encore arrivé à maturité, et reste encore pour le moment, uniquement dédié à un usage interne.

 

Dans tous les cas, le plus important selon moi, n'est pas vraiment les outils dont vous pourriez avoir besoin, mais la qualité du flux de cotation que vous recevrez. La base de données et de cotations est essentiel, et tout commence d'abord par là.

 


Quels sont les prestations que doit fournir un bon courtier et quel est selon vous le meilleur courtier en terme de trading ?

Vous disposez de nombreuses offres divers et variées. Dans ce cadre, surtout si vous êtes débutant, mettez l'accent en premier lieu, sur les services complémentaires et non obligatoirement d'abord,  sur le tarif de courtage. Ce dernier est certes important. Mais dans une première approche, que nous appellerons de : "compréhension du trading", cet élément demeure encore secondaire. Il sera assez tôt, ultérieurement de renégocier vos tarifs, voire de changer de courtier. Il n'est pas nécessaire d'avoir les tarifs les plus bas, si vous ne savez ni où, ni comment intervenir avec succès. En revanche, tout ce qui est formation, outils logiciels pour vous aider à vous former, sont des points à prendre en compte et donc à privilégier.

 

  

 Achevé de rédigé en mars 2013

 

Pour obtenir des invitations gratuites, cliquez ici.

Consulter les sites du :

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie