Films de Janvier : des histoires argentines ? cinema
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Chronique Cinéma de Valérie BOAS
Films de Janvier : des histoires argentines ?
Alors que la polémique sur les salaires des acteurs fait rage en France, dissimulant le problème beaucoup plus grave de la pauvreté des scénarios dans le cinéma hexagonal, deux jeunes réalisateurs argentins nous rappellent ce mois-ci que les trois ingrédients pour faire un bon film n’ont pas changé depuis Jean Gabin : "Une bonne histoire, une bonne histoire et une bonne histoire"

Ce n'est un hasard si le vent du renouveau vient d'Argentine. Depuis déjà longtemps les cinéphiles ont placé ce pays en bonne place sur la carte de la planète cinéma. A la faveur d'une crise économique sans précédent, au début des années 2000, le pays a en effet connu un élan de créativité artistique, et notamment cinématographique, qui ne s'est pas démenti depuis. Dans ce cinéma d'auteur très accessible, des noms de réalisateurs émergent : Juan José Campanella, auteur oscarisé de « Dans ses yeux » en 2008, Pablo Trapero qui a réalisé les excellents « Leonera » en 2008 et « Carancho » en 2010 ou encore Carlos Sorin dont le « Bombon, el perro » a connu un succès mondial. Mais ce qui rend particulièrement confiant dans l'avenir de ce jeune cinéma c'est la multitude de jeunes cinéastes talentueux qui se pressent pour raconter au public de vraies histoires.

 

Prenez Armando Bo, par exemple. Même pas 35 ans au compteur, ce jeune scénariste, qui a travaillé avec Alejandro Gonzalez Inarritu (21 Grammes, Biautipul) a réalisé « Ultimo Elvis », sorti ce mois-ci dans lequel il trace le portrait tragi-comique d'un sosie d'Elvis Presley qui choisit de faire de sa vie une réplique de celle de son idole. Le film propose une mise en abîme audacieuse, surprenante jusqu'au dernier plan, ainsi qu'une réflexion vertigineuse sur le succès, la célébrité et l'identité. Magnifiquement interprété par un total inconnu, John McInerny qui incarne le King plus qu'il ne lui ressemble avec une voix chaloupée et hypnotique.

 

Un autre argentin trentenaire, Santiago Mitre, signe un opus non moins intéressant, « El Estudiante » qui sort également ce mois-ci. Lui aussi scénariste (de Pablo Trapero),  Mitre brosse le portrait quasiment balzacien d'un étudiant médiocre qui va découvrir les règles de la politique jusqu'à les maîtriser parfaitement, grimpant un à un les échelons de l'université avant de s'attaquer sans complexe aux potentats locaux du pays. Cynisme, trahison, érotisme du pouvoir et jeux d'allégeances multiples, l'ambition du propos du film est servie par une interprétation hors pair et une technique discrète mais très aboutie : décors naturels dans les locaux de l'Université de Buenos Aires filmés au moment du décès brutal du président Kirchner, caméra à l'épaule, cadrages audacieux, rien ne manque. Belle leçon de cinéma pour un film qui a coûté 13 000 dollars !

 

Mais ne désespérons pas si vite du cinéma français. Un film étonnant et rafraîchissant débarque en salles ce mois-ci : « Mariage à Mendoza ». Road-movie un peu foutraque et gentiment décalé, le film suit deux frères venus marier leur cousin à l'autre bout du monde, dont la relation va connaître un souffle nouveau au fil des rencontres improbables et des péripéties de tous ordres. Rythmé par la musique inclassable d' Herman Dune, ce mariage est l'occasion de découvrir un comédien touchant et drôlissime, Philippe Rebbot. Ah, et j'oubliais : le film a été intégralement tourné en Argentine. Cela ne gâte rien, c'est même peut-être l'une des raisons de son originalité et de son inclassable énergie. Cela et un bon scénario. 

 

N'hésitez pas à visionner la bande annonce de ces films en cliquant sur l'image

 

 

Ultimo Elvis
 

de Armando Bo avec John McInerny, 1h32 (Argentine, 2012.

En salles depuis le 16 janvier 2013


Mariage à Mendoza
 

d'Edouard Deluc, avec Philippe Rebbot, Nicolas Duvauchelle, Benjamin Biolay (France, 2012).

En salles depuis le 23 janvier 2013

 
El Estudiante
 

de Santiago Mitre avec Esteban Lamothe, Romina Paula, Ricardo Felix, Valerie Correa. (Argentine, 2011).

En salles depuis le 23 janvier 2013

affiche ULTIMO ELVIS AFFICHE MARIAGE A MENDOZA AFFUCHE EL ESTUDIANTE
Bande-annonce
Bande-annonce
Bande-annonce

 

 

Valerie Boas est une professionnelle de la finance et une blogueuse cinéma. Retrouvez ses chroniques d'actualité sur son blog : http://theboboblog.wordpress.com

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESG ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie