Crowdfunding: le blé en Web
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Presse - Libération
Crowdfunding: le blé en Web
Philippe Brochen - Décryptage - Pour financer leurs projets en contournant la frilosité des banques, des milliers d’entrepreneurs font désormais appel aux internautes.

Tous deux ont été portés par la foule. Marc, chercheur toulousain spécialiste de la génétique des bactéries, a récolté 300 000 euros sur le site Wiseed de la part de 200 investisseurs pour sa start-up Antabio, qui travaille sur les antibiotiques du futur. Faute de pouvoir obtenir un prêt bancaire - «on me demandait trois bilans professionnels fiscaux pour me suivre et je n'en avais que deux» -, Sébastien, prothésiste dentaire à Colomiers (Haute-Garonne), s'est lui tourné vers la plateforme FriendsClear, où il a récolté 8 500 euros auprès de 23 internautes pour développer son cabinet. Ces deux activités ont en commun d'avoir été financées par crowdfunding : littéralement, «financement par la foule». Soit un investissement communautaire et participatif par le biais de plateformes web pour créer une entreprise ou en renforcer les fonds propres.

 

De la tontine, vieille comme ma tante, au First Tuesday, raout mensuel des années 1999-2000 estampillé nouvelle économie qui mettait en relation in vivo un investisseur et un start-upper, l'appel au financement par les particuliers pour concrétiser un projet professionnel a toujours existé. Mais, grâce à Internet, il connaît aujourd'hui une nouvelle jeunesse. Car, en pleine crise, la recherche de fonds propres pour les jeunes entreprises a pris des allures de travaux d'Astérix. Les capitaux-risqueurs exigent des projets en béton armé qui peuvent rapporter vite ; les banquiers, en plus de leurs travers structurels (arbitraire, opacité, cherté), se montrent frileux comme jamais en matière de prêts ; quant aux business angels, refroidis par l'éclatement de la bulle Internet en 2001, ils sont aussi courtisés que prudents… C'est pourquoi le crowdfunding, né aux Etats-Unis au milieu des années 2000, est devenu une alternative solide pour les entrepreneurs en quête de fonds.

 

Passé de 530 millions de dollars (400 millions d'euros) en 2010 à 1,5 milliard de dollars en 2011 (dont plus de la moitié en Amérique du Nord), le marché du financement participatif a totalisé 3 milliards de dollars au niveau mondial en 2012. Et devrait, selon une étude Deloitte, atteindre 6 milliards de dollars cette année. Barack Obama en a fait un des axes majeurs de sa loi Jobs (Jumpstart our Business Startups) en avril 2012. Depuis son lancement en avril 2009, la plateforme américaine Kickstarter, leader mondial du secteur, a porté plus de 35 000 projets avec 450 millions de dollars récoltés auprès de 3 millions d'internautes.

 

 

Pour lire la suite, cliquez ici

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT COMMUNIQUE DE PRESSE CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERNET INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse business angel certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur laskine lexique boursier opcvm partenaires presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie