F2IC Fédération des Investisseurs Individuels et des Clubs d'investissement
Créer votre espace | Mot de passe oublié ? Se connecter
 
Le témoignage d’André Malpel fondateur du Salon de l’Analyse Technique et Directeur Général de la société LIST.
A la découverte de l'Analyse Technique
 
 
  1. Pourriez-vous définir l'Analyse Technique en quelques mots ?
  2. On oppose généralement l'Analyse Technique à l'Analyse Financière, qu'en pensez-vous ?
  3. En quoi l'Analyse Technique peut-elle être utile aux clubs d'investissement qui investissent plutôt sur un horizon long terme, en constituant une épargne régulière chaque mois ?
  4. Comment un clubiste peut-il s'initier à l'Analyse Technique ?
  5. Quels outils d'analyse technique conseilleriez-vous à un non initié et à un initié ?
  6. Que souhaitez-vous ajouter ?
 
 
1. Pourriez-vous définir l'Analyse Technique en quelques mots ?
 
Contrairement à beaucoup de domaines, il n'est pas nécessaire d'énumérer beaucoup de points pour définir l'Analyse Technique et Graphique. Il y a plutôt une définition générale, plus ou moins précise, sorte de consensus entre tous les analystes techniques et traders, qui délimitent à peu près, les contours de cette discipline. Selon cette définition, l'Analyse Technique consisterait « en l'étude des mouvements du marché, principalement au travers des graphiques boursiers, afin de prévoir la tendance à venir ».
 
C'est un peu court et demande quelques précisions. Selon moi, ce serait plutôt : « l'étude du comportement des intervenants boursiers vis à vis d'un actif financier (titre, indice, devises, ....) dans leur choix à acheter, vendre ou s'abstenir vis à vis de celui-ci, traduit ou illustré par le graphique boursier lui-même et l'évolution du prix de cet actif, afin d'essayer de déterminer la poursuite ou non du mouvement ». De sorte que ce n'est pas l'étude du graphique lui-même, mais bien ce qu'il traduit, c'est à dire les décisions des intervenants, que l'on va essayer d'analyser. Pour le chartiste, il semble ainsi très utile d'étudier les flux de capitaux à travers l'évolution de la courbe d'un titre, afin de pouvoir éventuellement leur emboiter le pas, et se positionner derrière les grosses mains du marché, qui agissent sur tel titre.
 
L'analyste technique, va ainsi essayer de jouer le mouvement. On remarque ainsi que ce qui est interdit au PMU avec les chevaux (comme on ne peut jouer le cheval qui court le plus vite et/ou celui qui remonte le peloton – une fois la course commencée), en Bourse cela est tout à fait possible. Vous pouvez en effet parfaitement, prendre position sur un titre qui progresse plus vite que les autres, sans en connaitre les raisons, simplement parce qu'il progresse plus vite, avec plus de puissance, avec plus de vigueur.
 
De là => 3 principes :
Outre la description de la vie d'un titre, le graphique permet ensuite de fixer des points précis qui matérialisent des signaux d'intervention (achat en cassant, revente en repassant sous ...) ; mais surtout d'envisager un scénario qui a de fortes probabilités de se réaliser, sans qu'il s'agisse pour autant d'une réelle prévision. Il prend sa source autour de trois principes :
  • Les prix évoluent en tendance
  • L'histoire se répète
  • Les prix prennent tout en compte
 
Chacun de ces principes n'a pas réellement été démontré scientifiquement. Ils sont tous nés du constat graphique. Le plus important me parait être le dernier - « les prix prennent tout en compte » - car c'est à partir de cette réflexion que se base l'analyse technique.
 
En second lieu viennent les types de comportement qu'adoptera le prix lui-même : il peut ainsi suivre des tendances et/ou opérer selon des configurations plus ou moins régulières que l'on voit se reproduire dans le temps :
 
  • la tendance : c'est une des bases les plus importantes de l'AT, étant donné que ce n'est qu'à partir du moment où son existence est admise qu'il est alors possible de se positionner. Ce n'est qu'à la condition que la tendance existe, qu'il est alors utile d'essayer de rechercher son sens et son intensité, afin de tenter d'en profiter. On dira alors, qu'il faut toujours se positionner avec la tendance, qu'elle est votre amie, seul gage d'une probabilité de réussite plus grande et d'un potentiel de gain plus important.
 
  • L'histoire se répète : C'est sans doute des trois principes, celui auquel on s'attachera le moins, car il n'est pas nouveau et, de surcroît, ne se réalise que partiellement. C'est en effet surtout à travers des figures chartistes qu'il s'exprime le mieux et pour lesquelles on a su déterminer un comportement particulier associé à des réactions précises. C'est à partir de celles-ci que l'on essayera de se positionner.
 
Cadre favorable
 
Il est nécessaire de bien noter que le but de l'analyse technique, n'est pas réellement la prévision. Personne en effet, ne peut sérieusement prétendre prévoir l'avenir. Au mieux, elle aura pour but de délimiter un cadre favorable. Cela signifie très précisément : un cadre faiblement risqué et hautement rémunérateur. D'une certaine manière on peut dire que le mur de la prévision est infranchissable mais, grâce aux perspectives que nous donne l'AT, on peut s'en approcher, au point de pouvoir ensuite construire une stratégie d'intervention.
 
Stratégie de trading
 
D'une vision passive/descriptive, on passe ainsi à une à une vision active et même réactive, de bonne gestion de sa position dans laquelle on évite de s'endormir, en particulier quand le marché se retourne. C'est sans doute ce qui est arrivé à beaucoup d'intervenants qui, accroché à leurs certitudes fondamentales, n'ont pas su prendre le virage et le retournement du marché en septembre 2000, ou encore le rebond en mars 2003.
 
La technique de l'investisseur est ainsi de se comporter comme un fou du volant, qui tente de prendre le véhicule le plus rapide sur l'autoroute la plus droite et en choisissant la voie rapide à gauche. Attention, il ne sait pas éviter les obstacles, ni même freiner.
 
La technique du trader qui utilise l'AT est de prendre position en ayant à chaque fois parfaitement planifié son intervention autour de plusieurs points : le point d'entrée, le point d'invalidation et l'objectif. Basé sur une gestion réfléchie de son capital, face aux échecs qu'il sait être nombreux, il est beaucoup mieux paré, sur le long-terme, que ne l'est l'investisseur.
 
 
2. On oppose généralement l'Analyse Technique à l'Analyse Financière, qu'en pensez-vous ?
 
L'Analyse Technique se veut empirique et née directement du constat graphique ou technique des courbes boursières. Inversement, l'Analyse Fondamentale (ou Analyse Financière) recherche les causes et les raisons des évolutions d'un titre. Elle se veut donc rationnelle et logique. Elle tente d'expliquer le pourquoi.
 
Avec humour, on dira que si l'Analyse Technique vous explique ce qu'il faut acheter et quand, l'Analyse Fondamentale vous expliquera ce qu'il aurait normalement fallu acheter. Après coup en effet, tout est explicable. On trouvera toujours des raisons. Mais au préalable très peu de vrais analystes économiques s'y risquent et pour cause, comme cet exercice demande une très grande subjectivité.
 
L'Analyse Fondamentale ne prend pas tout en compte, c'est ce qu'on lui reproche. Il est nécessaire de connaitre l'info ou de la trouver. En outre, il est capital de bien comprendre comment le marché va l'interpréter, ce qui parait encore plus impossible. Il est assez difficile, sinon très subjectif, de se faire une opinion sur un titre. Tant bien même y réussirait-on, encore faudrait-il que les intervenants boursiers l'interprètent de la même manière et agissent de concert (à l'achat sur le titre s'ils pensent que c'est favorable, à la vente s'ils pensent que c'est défavorable). Si personne n'achète ce titre qui vous parait sous-évalué, celui-ci ne montera pas. Vous pouvez avoir raison, mais raison seul. C'est en cela que l'on dit que le marché a toujours raison (même s'il change ensuite d'opinion), car c'est lui qui fait le prix, donc la Valeur.
 
La connaissance des faits économiques par les intervenants engendre une série de réactions psychologiques en chaîne difficilement prévisibles qui vont brouiller les comportements. L'AT se veut le reflet graphique des réactions que les évènements économiques, entre autres, provoquent, en considérant que les cours sont la résultante psychologique de toute l'information perçue par le marché.
 
Il est important de noter que l'analyste technique ne conteste pas l'existence de vraies raisons et de motifs qui font monter ou descendre tel ou tel titre. Ce dont il doute, c'est de la capacité pour l'analyste fondamental, dans cet imbroglio d'éléments qui interagissent les uns avec les autre, à en dégager un scénario fiable qui permette ensuite de prendre vraiment position !
 
Plutôt que de se baser sur une éventuelle et très subjective évaluation du titre, qui n'a d'autre fondement que le raisonnement et l'avis de son auteur, par définition c'est ce qu'on appelle de la subjectivité, il est préférable de regarder ce que font majoritairement, les flux de capitaux, dans quel sens ils se positionnent.
 
Ce ne sont pas des raisons mais des intervenants qui font directement monter les Marchés. De sorte que l'on peut dire que la Bourse n'est qu'indirectement liée à l'économie et aux raisons fondamentales en générales alors qu'elle est directement la conséquence de l'action des intervenants.
 
A vrai dire, tout le monde fait un peu d'analyse fondamentale, comme Mr Jourdain faisait de la prose. En réalité, la vraie AF est très fastidieuse. Il en va très différemment de l'AT qui, tout en étant ludique, même si elle demande quelques notions au départ, est au bout du compte beaucoup plus appréciée, sinon utilisée.
 
 
3. En quoi l'Analyse Technique peut-elle être utile aux clubs d'investissement qui investissent plutôt sur un horizon long terme, en constituant une épargne régulière chaque mois ?
 
Nous pouvons aisément constater la part grandissante qui est laissée à l'Analyse Technique dans le processus décisionnel de l'ensemble des intervenants boursiers, qu'ils soient professionnels ou particuliers, et cela pour toutes les raisons que nous venons d'énumérer. Oserais-je dire, que cette place est même beaucoup plus importante, sur les instruments financiers les plus sensibles et risqués, tels que les Futures, marché à terme, à fort effet de levier, ainsi également que sur les instruments qui demandent une précision plus grande, tels que les marchés optionnels, comme le MONEP, ou également les Warrants.
 
Lors d'un débat récent sur BFM ayant trait aux Hedge Funds, des analystes fondamentaux reconnaissaient, qu'environ 50% des analystes utilisaient l'analyse technique, et uniquement cela, écartant toute réflexion fondamentale, impossible sur ces marchés. Côtoyant moi même avec la société de conseil LIST, que je dirige, une bonne partie des institutionnels français intervenants sur les Futures, je puis vous dire que le cette évaluation est bien en deçà de la réalité.
 
Sur ce type de marché, pratiquement tous les professionnels utilisent de l'Analyse Technique, parfois saupoudré d'Analyse Fondamentale et cela même s'ils n'osent pas le dire.
 
Ceci a d'ailleurs pour conséquence d'agacer, voire même plutôt d'inquiéter les analystes fondamentaux, qui autrefois nous regardaient avec un petit sourire et commencent à craindre aujourd'hui pour leur poste. Il est vrai que 3 ans de baisse, difficilement explicables, sinon après coup, comme d'ailleurs la hausse précédente, n'ont rien fait pour arranger les choses.
 
En bourse comme en tout, il faut se garder des excès. La vérité est peut-être au milieu, entre analyse technique et analyse fondamentale, même si je crois qu'elle penche un peu plus souvent pour l'Analyste Technique.
 
En revanche on ne peut pas lier l'utilisation de l'Analyse Technique au court-terme et l'Analyse fondamentale au Long terme. Il est certain, que celui qui utilisera l'Analyse Fondamentale pour choisir ses investissements améliorera encore plus ses résultats, s'il utilise l'Analyse Technique, pour choisir ses points d'entrée immédiats, et même gérer ensuite sa position. Mais on peut aller bien au-delà, en utilisant également l'Analyse Technique sur le Long-terme, comme le fond beaucoup de gérants de SICAV que je connais, en regardant les tendances de fond, sur plusieurs mois et même plusieurs années. Ceux-ci lient alors parfaitement AT et AF, avant toute opération.
 
 
4. Comment un clubiste peut-il s'initier à l'Analyse Technique ?
 
Avant tout ne rien dépenser, ou dépenser le moins possible, et surtout travailler par soi-même. Les clubistes ont les très gros avantages de se retrouver en groupe, avec des personnes en qui ils peuvent avoir confiance, puisque étant dans le même bain. Cela leur permet entre autres de confronter leurs idées les uns avec les autres. Il ne faut pas être convaincu, simplement après avoir entendu un beau discours, y compris le mien. Vous devez tester chacun des outils ou méthodes qui vous sont proposées, et accepter vos erreurs.
 
En Analyse Technique c'est la même chose. Vous pouvez évidement acheter d'abord quelques livres, ensuite venir au Salon de l'Analyse Technique http://www.salonat.com/ que nous organisons et qui se déroulera le 23 et 24 mars 2007 à l'Espace Cardin. L'entrée est entièrement gratuite en s'inscrivant sur notre site à l'adresse suivante : http://www.salonat.com/inscrip6.htm.
 
Nous avons voulu un événement différent, dans lequel les conférences, soient de vraies conférences, avec un vrai contenu, et non des présentations commerciales. A cet effet, nous invitons tout exprès chaque année quelques-uns des experts en Analyse Technique ou traders professionnels internationaux les plus connus. Ils viennent à Paris, présenter leurs travaux et les techniques qu'ils utilisent chaque jour sur les marchés mondiaux. C'est une opportunité à ne surtout pas manquer, car certains d'entre eux ne seraient même jamais venus en France, sans notre invitation.
 
Après le Salon, il est nécessaire de digérer tout ce qu'on a appris. Il est alors essentiel de se pencher sur des graphiques et d'étudier, un peu tous les jours, ou un peu toutes les semaines, le comportement des valeurs, et de voir si celles-ci réagissent comme cela vous a été décrit durant le salon.
 
 
5. Quels outils d'analyse technique conseilleriez-vous à un non initié ? Même question pour un initié ?
 
Initiés ou non-initiés, les outils les plus simples sont souvent ceux qui fonctionnent le mieux :
  • Un graphique en Bougies Japonaise ; ce sera d'ailleurs l'un des focus du salon AT de cette année. Nous aurons le très grand plaisir d'y recevoir Steve Nison, le père des chandeliers japonais en occident.
  • Trois moyennes mobiles : une Courte 20 ou 50 périodes / une Intermédiaire : 100 périodes/ une Longue 200 périodes.
  • Le Volume, un élément essentiel.
  • Un indicateur simple, tel que le Momentum, ou le RSI.
Et c'est tout. Ensuite, tout l'art, consiste à acquérir une certaine expérience des marchés afin de mettre ses outils en ordre de marche : comptez 1 ou 2 ans, avec 1 à 2 heures par semaine.
 
 
6. Que souhaitez-vous ajouter ?
 
Deux choses :
C'est toujours un très grand plaisir de voir de plus en plus de monde utiliser l'Analyse Technique, même si cela reste encore minoritaire dans le marché : environs 25% des intervenants de marché, contre 75% pour l'Analyse Fondamentale.
 
Il est important de noter que l'AT n'est pas une boule de cristal, et qu'il faut absolument éviter de tomber dans ce piège.
 
Au début chacun d'entre nous est plus que dubitatif vis à vis de l'AT. Puis, le temps passant, nous avons commencé à nous passionner, voire même à nous enflammer pour l'AT et ses capacités. Il faudra encore attendre quelques temps, avant de s'apercevoir que l'AT est particulièrement utile, mais ne peut en aucun cas vous procurer de réelles prédictions.
 
Sur un autre plan, comme avec les développements de tout type, l'Analyse Technique draine également un grand nombre de requins ou de rapaces, qui ne connaissent que très peu l'AT, mais essayent de vous vendre toutes sortes de produits, sites Internet, ou conseils boursiers.
 
Faites toujours très attention et posez beaucoup de questions avant de vous engager dans quoi que ce soit. Regardez toujours l'antériorité de celui qui vous parle, sa notoriété et sa longévité sur les marchés. Au salon de l'Analyse Technique, nous y veillons particulièrement, en rejetant tous les conférenciers qui ne nous paraissent pas sérieux et en procédant chaque année à une sélection plus que restrictive en la matière. D'une certaine manière nous essayons de tendre vers une Analyse Technique de précision.
 

 

 
Mots clés
50 ans anniversaire WFI WFYI ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT GRAPHIQUE HYDRAULIQUE INTERVIEW INVESTIR ISF ISR Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels analyse technique bonus bourse certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur lexique boursier presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie