La Chronique de Jérôme Boumengel : Le sentiment à l'égard des actions américaines commence à se détériorer
 
La Chronique de Jérôme Boumengel : Le sentiment à l’égard des actions américaines commence à se détériorer
Jérôme Boumengel de Tendance.com décrypte les indicateurs de sentiment de marché
Depuis que l'économiste John Maynard Keynes a comparé les placements boursiers à un concours de beauté, déterminer le sentiment des marchés financiers est devenu un passage obligé avant de prendre une décision d'achat ou de vente. C'est ainsi qu'au fil du temps, les analystes ont élaboré de nombreux outils pour mesurer l'humeur des investisseurs.

Ces indicateurs cherchent à mesurer le niveau d'appétence ou d'aversion au risque des investisseurs à partir de sondages réalisés auprès des investisseurs institutionnel ou particuliers, de statistiques et d'informations issues des marchés au comptant ou des marchés dérivés, en observant le comportement des différentes classes d'actifs au cours du cycle économique, ou en calculant des primes de risque.

Depuis le début de l'été, les principaux indicateurs du sentiment de marché ont viré au rouge. C'est le cas notamment de l'Obvgram, du NAAIM Exposure Index et de la force relative entre le prix des obligations à haut rendement et ceux des obligations corporate de type investment grade.

1)    L'Obvgram :
Cet indicateur calcule le rapport entre la pression acheteuse et la pression vendeuse à partir des volumes de transactions échangés. On constate que depuis le mois de mai, l'Obvgram sur le Dow Jones a diminué tandis que l'indice a continué de grimper. Cette configuration indique que la hausse des prix est la résultante d'une diminution de l'offre et non d'une augmentation de la demande, une configuration que l'on rencontre très fréquemment avant une période de baisse des prix.
 

 
 
2)    Le NAAIM Exposure Index.
La National Association of Active Investment Managers (NAAIM) publie chaque fin de semaine les résultats d'une enquête réalisée auprès de ses membres et qui concerne leur niveau d'exposition aux actions américaines.

Les données sont compilées et retraitées pour obtenir un chiffre susceptible d'évoluer sur une échelle allant de -200 à +200 (NAAIM Exposure Index). +200 signifie que tous les gestionnaires de l'association sont surinvestis en actions avec un effet de levier de 2. Inversement, un niveau de -200 signifie que tous les membres ont pris des positions courtes avec un effet de levier de 2. Un niveau de +100 indique qu'en moyenne, les membres de l'association sont investis à 100% ; un niveau de 50 indique une exposition aux actions de seulement 50%, etc...

Depuis sa création, en 2006, cet indicateur est rarement sorti de l'intervalle 0 et +100, ce qui indique que l'exposition moyenne des membres de l'association a presque toujours évolué dans une fourchette comprise entre 0 à 100%, avec une moyenne historique qui s'établit à 60.

Le dernier chiffre du NAAIM Exposure Index s'affiche à 80 contre un plus haut de 97,3 en juin dernier. Sur cette période, il y a donc eu une réduction de l'exposition moyenne des gérants d'actifs aux actions américaines, alors que l'indice SP500 a continué de grimper, ce que nous interprétons comme un moindre optimisme des gérants à l'égard des actions. La configuration du NAAIM Exposure Index vient ainsi conforter celle de l'Obvgram dans le risque de baisse des actions américaines.
 
 
 
 
3)    Comparaison high yield et investment grade
Il s'agit ici d'analyser la force relative entre le prix des obligations à haut rendement et ceux des obligations corporate de type investment grade. On peut noter que les prix du high yield ont cessé de surperformer ceux de l'investment grade, ce qui témoigne d'un moindre intérêt des investisseurs pour les obligations à risque. Historiquement, l'évolution de ce ratio est également un bon indicateur avancé du marché des actions, notamment dans la prévision des retournements baissiers. La configuration du ratio confirme ainsi les conclusions des deux indicateurs présentés plus haut.

 
 
Les trois indicateurs de sentiment de marché que nous avons succinctement présentés donnent tous la même indication, à savoir le risque élevé d'une correction sur les actions américaines. Nous chiffrons le potentiel de baisse pour le Dow Jones à 6%, ce qui correspondrait à un retour de l'indice sur le niveau des 20450 points.
 

 
© Copyright Jérôme Boumengel  -  Pour toute reproduction ou toute citation, le nom de l'auteur et la source devront être mentionnés.
 
 

 

 
Mots clés
ACTIONS AMF ANALYSE FINANCIERE ASSEMBLEE GENERALE Actualités CAC 40 CAC40 CLIFF CLUB INVESTISSEMENT CROWDFUNDING CULTURE DEVELOPPEMENT DURABLE DIVIDENDES EDF ENTERNEXT EPARGNE EQUIPE ESMA EUROPE FISCALITE Formation François Fillon GESTION DE PORTEFEUILLE GRAND EMPRUNT HYDRAULIQUE INTERVIEW INVESTIR ISF Inform@ctions Magazine Ministre des Finances NEXT20 OAT OBLIGATIONS OCF OPA OPR PEA PEA PME PME PORTEFEUILLE POUVOIR Partenaire Presse Pédagogie REDACTION Rendez-vous Réunions d'actionnaires SUEZ ENVIRONNEMENT VALEURS MOYENNES VIVENDI WebTV Webzine actionnaire actionnaires actionnaires individuels bonus bourse certificat cinema clubiste finance guide investissement investisseur lexique boursier presse financière produits derives quizz boursier retraite sociétés cotées économie